Accueil » Actualités » Jeux d’argent, ne jamais souscrire un crédit pour jouer

Jeux d’argent, ne jamais souscrire un crédit pour jouer

Jeux d’argent, ne jamais souscrire un crédit pour jouer

A l’heure où la dépendance aux jeux d’argent est un fléau qui fait de plus en plus de victimes, certains joueurs compulsifs rivalisent d’ingéniosité pour se faire prêter de l’argent afin de pouvoir s’adonner à leur passion pour le poker, les jeux de casino ou bien les paris sportifs.

Certains n’hésitent d’ailleurs plus à demander un crédit auprès de leur établissement bancaire habituel en omettant bien entendu de préciser que l’argent rendu disponible servira à jouer à des jeux. Mais attention, ces crédits devront être remboursés puisque il est désormais impossible de se cacher derrière l’article 1965 du Code Civil

Si vous effectuez un crédit pour jouer à des jeux d’argent, vous serez obligés de le rembourser

Même si les jeux d’argent paient, dans l’Hexagone, les pots cassés de la crise économique qui frappe durement les classes moyennes et populaires, on constate encore et toujours que la dépendance aux jeux d’argent fait de plus en plus de victimes, voire même des suicides comme en Arménie.

Il faut souligner qu’en cette période difficile pour le budget de nombreux ménages français, certains pensent que les jeux d’argent peuvent être une solution à leurs problèmes financiers.

En jouant beaucoup, ils sont persuadés de parvenir à empocher le jackpot pour s’assurer une douce vie au soleil et loin des soucis d’argent. Pourtant, comme vous le savez certainement, il s’agit là d’une stratégie à ne surtout pas suivre.

Hé oui, les jeux d’argent sont à consommer comme un bon vin c’est-à-dire avec modération. Qu’il s’agisse de jouer au casino ou de parier, il n’y a en effet aucun mal à dépenser quelques euros à ces loisirs à condition bien sûr d’avoir ces quelques euros car il est hors de question de souscrire un crédit pour jouer à des jeux d’argent.

L’article 1965 du Code Civil est d’ailleurs on ne peut plus clair : « La loi n’accorde aucune action pour une dette du jeu ou pour le paiement d’un pari ».

C’est d’ailleurs parce que ce texte existe qu’un couple d’individus souffrant de dépendance aux jeux d’argent, comme Mariam Aziz la femme du Sultan de Brunei, a contracté plus d’un million d’euros de crédit auprès d’un établissement spécialisé.

Le couple d’emprunteurs pensait effectivement que ses dettes seraient considérées comme des dettes de jeu et rentreraient donc dans le cadre de l’article 1965.

Mais la Cour de Cassation, en date du 26 Novembre 2014, en a décidé autrement. Jugeant que Sofinco, l’établissement émetteur du crédit, ne pouvait savoir que le prêt était consenti « pour les besoins du jeu » et arguant que Sofinco « n’avait pas à s’immiscer dans la gestion du compte de ses clients », la Cour de Cassation a rendu un arrêt clair et précis : le couple d’emprunteurs doit rembourser le prêteur.

Cet arrêt va naturellement faire jurisprudence ce qui signifie que tous les emprunts consentis « pour les besoins du jeu » sans toutefois que le prêteur n’en soit informé devront être remboursés par les emprunteurs sans pouvoir se réfugier derrière l’article 1965 du Code Civil.

En revanche, si, comme ce fut le cas dans une affaire jugée en Septembre, le prêteur est également l’organisateur du jeu, un casino en l’occurrence, les emprunts consentis peuvent ne pas être remboursés par les emprunteurs conformément à l’article 1965 du Code Civil. Il est en effet évident que l’on se trouvait là dans une situation classique de « prêt pour jeu d’argent ».

Pour autant, les règles éthiques devraient être simples et devraient tout bonnement bannir la possibilité de souscrire à un emprunt pour s’adonner à des jeux de casino, au poker ou à des paris sportifs comme ce fut le cas pour ce jeune qui s’est suicidé à cause de milliers d’euros pariés chez un buraliste de la FDJ.

A moins d’avoir créé une véritable addiction aux jeux d’argent et d’être totalement dépendant, parier ou jouer ne présente jamais un caractère obligatoire.

Aussi, quel que soit le temps que vous aimez consacrer aux jeux d’argent dans votre vie, fixez-vous toujours la limite de ne pas jouer plus que vous ne pouvez. Il est en effet véritablement dommage de s’endetter simplement parce que l’on a cru, à tort, pouvoir devenir riche.

Et ne vous y trompez-pas, l’argent contribue certes au bonheur mais ne fait pas tout dans une vie. Et la preuve est que des joueurs chanceux ont gagné au Loto et pourtant… ils ont tout perdu ensuite. Donc à méditer certainement…

12 commentaires

  1. Ah, je ne connaissais pas cette disposition de 1965 sur les dettes de jeux. Je comprends d’autant mieux pourquoi les organismes de crédit se sont protégés car après, facile de dire qu’on a emprunté pour jouer au casino et se retrancher derrière cette disposition pour ne jamais rembourser l’organisme de prêt !

    Bon, à part ça, je peux comprendre qu’on en arrive là pour jouer : rêve de jackpot, jeu compulsif… rien n’est rationnel dans tout ça, et la vraie solution, c’est la thérapie comportementale.

    Après, cela ne règle pas tous les problèmes car j’imagine qu’il y a également un facteur génétique possible, du moins un tropisme vers les jeux d’argent et/ou les comportements compulsifs en général (alcool, tabac etc.).

    Enfin, la sollicitation assez fréquente pour les jeux de grattage ne rend pas les choses faciles non plus, la tentation étant finalement au bout de la rue… Moralité (et défonçage de porte ouverte en prime) : se fixer un budget hebdomadaire ou mensuel, et ne jamais le dépasser !

  2. Emprunter pour jouer, y a pas pire, il faut jouer selon un budget, bon parfois on peut le dépasser mais de manière responsable. Je pense que cela concerne à 90% des joueurs débutants qui ne connaissent pas trop le fonctionnement des jeux d’argent, soit ils veulent se refaire, soit ils espèrent décrocher le fameux jackpot.

    On peut vite être pris dans la spirale du jeu et perdre complètement les pédales. Contracter un crédit, surtout les crédits révolving, et hop, c’est la descente aux enfers assurée.

    Et une chose importante aussi : ne jamais faire de chèque en blanc au casino car si eux les acceptent, votre banque elle non et bonjour les agios, voire les interdits bancaires. On connait tous les conséquences de tels actes, qui peuvent conduire jusqu’au suicide.

  3. @ Drazzikk : En parlant des débutants, le pire, à mon sens quand on est novice, c’est le gros gain dès le début. Après, c’est une course effrénée pour retrouver l’ivresse du gain initial et comme la probabilité est très faible de regagner gros dans la foulée, c’est assurément une spirale descendante. Moralité : mieux vaut perdre d’entrée.

  4. C’est anormal que des personnes puissent s’endetter pour les jeux du hasard.

    Si cela était aussi simple pour réussir, je pense qu’avec seulement un euro, on pourrait gagner des millions puisque ça relève du hasard.

    La chance de gagner ne réside pas dans le fait de jouer plus… Aller donc s’endetter pour jouer ne garanti donc pas le gain quelque soit le montant de la somme empruntée.

    Le jeu du hasard n’est pas une activité avec un retour sur investissement garanti. Les personnes qui ont cela pour projet, doivent chercher d’autres idées de projet car le jeu n’est pas une activité lucrative pouvant objectivement enrichir une personne au point d’aller s’endetter pour y investir.

    Comme il a été démontré dans l’article, la loi fait désormais jurisprudence en la matière…

    Plus question de vouloir se cacher derrière l’article 1965 du code civil pour échapper au remboursement des sommes empruntées pour jouer.

    Vous serez obligés de vous acquitter de votre dette. Donc à bon entendeurs !

  5. Hélas, on rencontre de plus en plus souvent des personnes qui sombrent dans l’addiction aux jeux.

    Dans une société où la crise fait rage depuis de nombreuses années, il n’est pas rare de voir que la population s’adonne à des jeux d’argent, y voyant là, un échappatoire ou encore une solution.

    Seulement voilà, quand les fins de mois dont déjà difficiles et qu’on se rend compte de l’argent dépensé, la culpabilité s’installe et on se dit, « allez », un dernier dépôt « pour se refaire » et c’est la chute libre…

    Désormais, il est de plus en plus difficile de contracter un prêt dans une agence bancaire, quelqu’en soit la raison, les comptes étant analysés de près, et surtout un motif légitime avec preuve vous sera demandé.

    Alors méfiance, rigueur et contrôle de soi-même sont des maîtres mots.

    Jouer avant tout pour le plaisir et raisonnablement, c’est ça le « le jeu responsable » ! On ne cessera jamais de le dire, mais se fixer un budget est ce qu’il y a de mieux.

    Ne jouer à des jeux d’argent que dans l’espoir d’arranger vos soucis, est une erreur.

    Jouer pour le plaisir tout en gardant à l’esprit que oui, vous pouvez gagner gros, mais vous avez beaucoup à perdre aussi.

    Soyez vigilants, et si vous rencontrez des problèmes et que vous ne voulez pas en parler à votre famille où des spécialistes, sachez qu’il existe des forums et que vous n’êtes pas seuls dans le cadre d’un addiction.

  6. En tant que grande joueuse sur les casinos en ligne, j’y ai pensé à plusieurs reprises de faire un crédit pour jouer lorsque la chance n’était pas au rendez-vous et que je perdais beaucoup d’argent.

    J’avoue qu’à une époque, j’empruntai de l’argent à ma famille pour pouvoir jouer et rattraper mes pertes, mais ça m’a plus endetté qu’autre chose…

    Et de plus, je n’avais plus aucun plaisir à m’amuser car je ne cherchais qu’à gagner pour pouvoir rembourser mes emprunts…

    L’appât du gain est vraiment présent et cela peut nous amener à se ruiner financièrement, c’est certain.

    J’ai réussi à m’imposer des limites lorsque ma situation me permettait plus de continuer, aussi surtout lorsque l’on a des responsabilités importantes (factures, loyer, alimentation).

    J’ai connu des personnes qui ont fait des crédits et qui continuent encore aujourd’hui à rembourser, sans que les jeux leurs ont permis de rattraper leurs pertes d’argent à ce jour.

    Je conseille vivement aux joueurs de casinos de ne « JAMAIS » rentrer dans cette engrenage d’emprunt, car c’est la ruine assurée au final…

  7. Il faut savoir mesurer son jeu et j’avoue que ce n’est pas si facile, surtout quand certains casinos avec leurs bonus vous donnent l’espoir de remporter des jackpots !

    Heureusement que les crédits ne sont plus acceptés si facilement de nos jours, car s’endetter pour jouer, dur dur et ça peu vite arriver parce qu’on ne s’en rend pas compte. L’appât du gain, c’est terrible pour les joueurs.

    On aimerait tellement gagner et on y croit toujours, c’est ça le pire… Pas étonnant que des joueurs disons « fragiles » s’endettent…

    Il faut toujours se modérer ! Jouer pour le plaisir, passer un bon moment et si on gagne, c’est tant mieux, mais surtout ne pas tomber dans l’engrenage des crédits pour jouer !

  8. En ce qui me concerne, j’ai fait appel à un crédit renouvelable auprès d’un organisme de crédit pour pouvoir jouer au casino.

    Mais cette démarche n’est pas sans risque puisque le fait d’emprunter pour jouer, en espérant que la chance vous sourit et que cela va permettre d’améliorer le quotidien, sachant que l’on a aucune garantie du fait que ce sont des jeux de hasard.

    Donc il est préférable de bien réfléchir avant de souscrire à un prêt. D’autre part, la motivation qui nous pousse à emprunter est peut-être due à l’addiction et en conséquence, il faut bien trouver une solution pour alimenter celle-ci.

    Surtout si nos revenus ne nous permettent pas de jouer suffisamment pour espérer décrocher un jackpot, alors dans ce cas, on est bien sûr tenter de faire a appel à un crédit.

    A mon avis, je pense qu’il est préférable de rester raisonnable et ne jouer qu’avec son propre argent plutôt que d’emprunter sachant qu’il y a beaucoup de risques…

  9. Ne jamais, ooooh grand jamais souscrire un crédit pour jouer à des jeux d’argent !

    Se fixer une limite de dépôt hebdomadaire / mensuelle (en fonction de ses possibilités financières ), et si la chance n’a pas sourit ce mois-ci, attendre le mois suivant !

    Mais ne pas tenter le diable au risque de tout perdre !

    Je rencontre trop souvent des personnes qui ne peuvent pas sortir la tête de l’eau et qui pensent qu’un crédit va les sauver !

    Or, il y a les mensualités du prêt à prendre en compte, le taux d’endettement etc…

    Et puis pour être honnête, peu de banque accorde des crédits avec des comptes présentant des opérations débitrices sur internet à répétition !

    Il faut se tourner vers les organismes extérieurs, et aie aie aie, leurs taux d’intérêt piquent les yeux !

    Alors pourquoi s’endetter pour jouer et s’enfoncer plus ?

    Fixez vos propres limites et respectez-les ! C’est important ! Et si vous sentez que vous n’y arrivez pas, faites vous aider à mon avis…

  10. J’ai connu un joueur qui a fait des crédits pour jouer et cela s’est révélé la grosse descente aux enfers pour lui : divorce, perte d’emploi et surtout une grande dépression…

    Personnellement, je ne ferai jamais un crédit pour jouer, et surtout ma femme me tuerait lol. 🙄

    Dire qu’il faut que l’on se fixe un budget « jeu », ok, tous les joueurs se le disent mais souvent, ils ont du mal à respecter ce but, enfin pour ma part en tous les cas.

    Par contre, la loi de 1965 sur les dettes de jeu, je ne connaissais pas…

    De plus, faire un crédit pour jouer, rien de plus facile maintenant, toutes les sociétés de crédit font même de la pub à la télévision !

    C’est sûr, il faut savoir se modérer pour jouer que ce soit en ligne ou même dans les établissements de jeux en dur (FDJ, PMU sans oublier les casinos…).

    A mon avis, ne jamais faire un crédit pour jouer car c’est la descente aux enfers assurée…

    • Faire un crédit pour jouer, rien de plus facile ? Pas en passant par un établissement bancaire !

      Les organismes extérieurs oui, car ils ne demandent pratiquement aucunes informations et se fichent quelque peu du pourquoi ! Ceci explique les taux astronomiques !

      Maintenant, si tu te rends dans ta banque, tu auras des comptes à rendre, des documents à fournir et ton dossier sera étudié de près !

      Je sais de quoi je parle, non pas que j’ai voulu souscrire un crédit, mais c’est mon métier.

      Quoiqu’il en soit, ce n’est pas la solution ! Si tu n’arrives pas à respecter ton budget, mets en place les limites sur ton ou tes casinos et demande à ce que tu ne puisses pas les modifier !

      En principe, ton choix est respecté et du coup pas de stress !

      Voilà pour le petit conseil 🙂

  11. Les gains aux jeux d’argent, qu’ils soient en ligne ou dans les établissements en dur sont toujours hasardeux. Aller donc souscrire un crédit pour jouer aux jeux d’argent est tout simplement illusoire ! Chose donc à ne jamais faire à mon avis.

    Le prêteur qui, sachant que c’est pour le jeu qu’il consent le prêt à une tierce personne, le fait à ses risques et péril. La loi à travers l’article 1965 du code civil est bien claire là-dessus. L’emprunteur qui sans également préciser qu’il emprunte pour jouer a obligation de s’acquitter de sa dette.

    Ces dispositions bien claires selon la loi au sujet des prêts pour les jeux d’argent indiquent clairement le caractère aléatoire des jeux d’argent et donc ne saurait protéger une personne qui délibérément enfreint à ces règles.

    Jouer n’est pas obligatoire à moins d’être atteint par l’addiction aux jeux d’argent. Encore là, ce n’est pas une excuse de ne pas pouvoir s’abstenir. L’objectif du jeu, c’est de gagner de l’argent. Selon mon avis, la meilleure façon de ne pas perdre en espérant gagner, c’est de s’abstenir de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !