Accueil » Actualités » Arnaques aux machines à sous avec des smartphones

Arnaques aux machines à sous avec des smartphones

Arnaques aux machines à sous avec des smartphones

A la fin de l’année 2014, plusieurs casinotiers de l’Etat du Missouri ont observé que des gains anormalement élevés avaient été remportés aux bandit-manchots.

Depuis, une enquête a été conduite et il s’avère que de nombreuses arnaques aux machines à sous ont été mises en œuvre par des hackers originaires d’Europe de l’Est, notamment de Russie. Ils ont réussi à prédire les combinaisons gagnantes grâce à leur génie et Smartphones.

Une série d’arnaques aux machines à sous enfin expliquée

Si les casinotiers savaient jusqu’à aujourd’hui qu’il existait diverses méthodes pour tricher aux tables de jeux mais aussi, quelques astuces pour gagner de l’argent aux machines à sous, ils avaient foi en la technologie et pensaient que le hardware des bandit-manchots ne pouvait pas les trahir.

Désormais, le doute peut être permis puisque les résultats d’une importante enquête conduite suite à de multiples arnaques aux machines à sous dans le Missouri à la fin de l’année 2014 montrent que des hackers ont mis au point une technique permettant de prédire les bons moments pour jouer et donc… gagner des jackpots.

Eh oui, aussi surprenant que cela puisse paraître, ces arnaques aux machines à sous impliquaient la détention d’un smartphone, mais aussi d’une équipe de hackers connaissant parfaitement les logiciels hardware intégrés aux machines qui font fureur dans les casinos.

Arnaques aux machines à sous avec à des smartphones.

Trois Russes et un Kazakh ont ainsi opéré sur le sol américain dans ce qui est assurément, l’une des plus importantes arnaques aux machines à sous de l’Histoire.

Leur rôle était de se rendre dans des établissements de jeux, de sélectionner certains modèles de machines à sous et de commencer à jouer. En toute discrétion, ils profitaient de leur smartphone pour filmer le mouvement des rouleaux sur une vingtaine de parties puis envoyaient la vidéo à leurs complices basés à Saint Petersbourg, en Russie.

Ces derniers créaient un programme pirate capable d’informer le joueur présent sur site du moment précis où il devait jouer. Plus concrètement, ces arnaques aux machines à sous reposaient sur une application mobile qui indiquait via une vibration du smartphone les moments précis où jouer, à un quart de seconde près.

Ainsi, grâce à cette technique, les joueurs pouvaient empocher jusqu’à 10 000 dollars par jour. Un butin intéressant pour une arnaque bien ficelée…

Pour ceux qui se disent que les arnaques aux machines à sous sont donc plus simples à mettre en œuvre qu’il n’y parait, il ne faut toutefois pas perdre de vue que de telles actions sont uniquement possibles à condition de connaître parfaitement le fonctionnement du générateur de nombres aléatoires intégré à la machine. Sans ces connaissances, impossible de prédire une quelconque combinaison gagnante.

Aussi, les hackers derrière ces arnaques aux machines à sous avaient bien organisé leur coup en acquérant préalablement des bandit-manchots sur le marché noir.

Ils ont ensuite pris le temps de les démonter afin d’analyser leur fonctionnement. Il ne restait alors plus qu’à trouver des casinos offrant la possibilité de jouer en argent réel sur des modèles similaires, comme de nombreux établissements de jeux aux Etats-Unis qui recyclent des machines interdites en Russie en 2009…

Depuis cette année, plusieurs groupes de pirates informatiques auraient eu recours à cette technique pour mener des arnaques aux machines à sous. D’ailleurs, cette technique serait constamment améliorée.

Pas plus tard qu’en 2016, ce sont des casinos des Singapour qui auraient été victimes des arnaques aux machines à sous, comme tant d’autres aussi, même en France. Cette fois, plus besoin d’envoyer la vidéo puisque la diffusion des images était réalisée en direct via Skype permettant aux équipes en soutien depuis Saint Petersbourg d’agir encore plus rapidement.

Bien évidemment, ces arnaques aux machines à sous sont mises au point par des criminels en bande organisée et les joueurs présents dans les casinos ne sont que des pions. Les enquêtes menées par les autorités ont d’ailleurs montré que seulement 10% du butin allait dans les poches du joueur alors que les 90% restants étaient transférés vers la Russie.

Les arnaques aux machines à sous ne sont d’ailleurs pas prêtes de cesser puisque les équipements vulnérables seraient nombreux et leur modification coûterait bien plus cher que les sommes dérobées.

Les casinos utilisant des bandit-manchots plus modernes peuvent en revanche se réjouir : des dispositifs de chiffrement privent les hackers de la possibilité d’accéder au fonctionnement interne du logiciel. Prédire les combinaisons est donc impossible…

4 commentaires

  1. En lisant votre article, je vais finir par me lancer dans le piratage des machines à sous puisqu’il semble si aisé de les pirater !

    Je croyais que le système électronique des bandits manchots était basé sur un générateur de nombres aléatoires ; apparemment, ce n’est pas le cas puisque les hackeurs russes pouvaient prédire une combinaison gagnante, donc je n’y comprends plus rien.

    Mais il semble que cette arnaque ne concerne que les veilles machines à sous et elles se font de plus en plus rares dans les casinos.

    Mais bon, tout bon hackeur sait s’adapter aux nouveautés surtout les russes, mais aussi les chinois. Pirater les jeux n’en vaut pas la peine, c’est prendre de gros risques compte tenu des moyens de surveillance dans les casinos.

  2. Les pirates informatiques agissant de la sorte, ne sont pas des novices. Comme démontré dans l’article, ils maitrisent le fonctionnement de ces machines pour les avoir suivi dans leur fonctionnement.

    Chaque chose ayant son contraire, ces pirates ont su contourner les méthodes de cryptages mises en place pour arriver à bout de ces machines obsolètes.

    Même les casinos utilisant les méthodes de chiffrement modernes empêchant les hackers de sévir, seront un jour surpris qu’ils ont été eux-aussi piratés car comme je l’ai dit plus haut, chaque chose a son contraire et les hackers ne dorment pas.

    Ils sont toujours à la recherche de moyens pour contourner les cryptages mis en place. C’est leur raison de vivre. Donc le piratage n’est pas à sa fin. Il a toujours existé et il continuera d’exister. C’est triste de le dire mais c’est mon point de vue.

  3. Ces arnaqueurs ont vraiment du cran…

    Organisés en bande, ils ont pu trouver les moyens pour arnaquer des machines à sous qu’on croyait non vulnérables aux arnaques.

    Avec toutes ces connaissances que ces individus ont, je pense qu’ils feraient mieux de mettre leur intelligence à profit dans des activités plus saines que de voler de la sorte dans les casinos…

    Malheureusement, ces personnes très intelligentes à la recherche du gain facile continueront leurs sales besognes.

    Elles font aussi des recherches toujours dans le but de contrer les créateurs de ces machines à sous qui doivent encore redoubler d’effort pour mettre sur le marché des machines réellement protégées contre la piraterie.

  4. Ah la technologie ! Toujours des failles ! Et toujours au désespoir des casinos !

    Si ce dernier peut se vanter de tout mettre en oeuvre pour que le joueur continue de dépenser, il n’en reste pas moins vulnérable et peut lui aussi se faire plumer !

    Certes, ça n’arrive pas tous les jours, mais force est de constater que ça arrive de plus en plus souvent.

    Alors oui, il s’agit ici d’une bande très organisée et bien ficelée, mais qui a réussi malgré tout à engranger jusqu’à 10 000 dollars par jour !

    Toutes ces technologies me dépassent. Personnellement, j’aime jouer et rêve de gagner, mais uniquement par chance et pur hasard sinon il n’y a plus d’intérêt, ni d’adrénaline !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !

error: Contenu protégé !