Accueil » Actualités » Casinos Barrière, Dominique Desseigne confiant pour l’avenir

Casinos Barrière, Dominique Desseigne confiant pour l’avenir

Casinos Barrière, Dominique Desseigne confiant pour l’avenir

Il y a quelques jours, dans le cadre d’un entretien accordée au quotidien économique « Les Echos », Dominique Desseigne, PDG du Groupe Barrière, a fait un point sur l’actualité de son entreprise.

Ce fut l’occasion pour lui de présenter les grands projets en cours de réalisation mais aussi, d’afficher une grande confiance pour l’avenir tant pour l’activité hôtelière que pour les Casinos Barrière.

Barrière, des projets de casinos en Afrique, au Japon, au Royaume-Uni et même aux USA

Après avoir enregistré un chiffre d’affaires de 1,16 milliards d’euros pour l’année 2015-2016, le Groupe Barrière n’entend pas s’arrêter en si bonne voie. Aussi, fort d’un parc comprenant déjà les 33 Casinos Barrière dont le 1er de France, le Casino d’Enghien, 18 hôtels mais aussi plus de 120 restaurants et bars, le casinotier a misé sur plusieurs éléments pour faire encore mieux lors de cet exercice.

D’abord, il entend profiter de la reprise du tourisme dans certaines villes et certaines régions. En effet, comme tient à le préciser Dominique Desseigne, tous les hôtels et Casinos Barrière n’ont pas été impactés de la même façon par la menace terroriste.

A Paris, la fermeture du Fouquet’s pour cause de rénovation a probablement évité au groupe de connaître ce creux. En province, les Casinos Barrière n’ont pas réellement ressenti de changements dans les habitudes des touristes.

De ce fait, pour le Groupe Barrière, la reprise de l’activité touristique va surtout être profitable pour son hôtel situé à Marrakech étant donné que les réservations ont littéralement bondi lors des cinq premiers mois du nouvel exercice (+21%).

Casinos Barrière, Dominique Desseigne confiant pour l'avenir.

Le deuxième grand axe de développement du Groupe Barrière est assurément l’activité hôtelière. Après son implantation réussie à Courchevel (taux d’occupation supérieur à 80% en haute saison dès la première année d’exploitation), Dominique Desseigne souhaite continuer de conquérir une riche clientèle internationale. Dans ce cadre, le projet d’implantation d’un hôtel de luxe à Saint Barth est très avancé.

S’il permettra de bénéficier de l’image très « luxe » de cette petite île des Antilles, ce choix se veut très stratégique puisque le groupe hôtelier souhaite davantage se faire connaître de la clientèle américaine.

Mais le Groupe Barrière a bien d’autres ambitions encore puisque New York et Londres font aussi partie des destinations où il se verrait bien implanter un hôtel de prestige dans les années à venir mais là ne sont pour l’instant que des pistes parmi tant d’autres.

Pour l’activité hôtelière de son groupe, Dominique Desseigne ne recule donc devant rien et tout semble permis à moyen terme. L’avenir des Casinos Barrière paraît plus simple à dessiner puisque le pari a été fait de s’implanter en Afrique.

Persuadé de la croissance économique du continent africain, le groupe va ouvrir deux Casinos Barrière d’ici l’été. Le premier, créé dans le cadre d’une concession gouvernementale de 10 ans, sera installé dans le Sofitel d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, et sera exploité dès mai 2017.

Le second ouvrira lui ses portes au Caire, en Egypte. Avec ses deux nouveaux Casinos Barrière, le groupe espère pleinement profiter d’un marché africain des jeux d’argent promis à la croissance.

En parallèle, il mène des réflexions sur d’autres implantations possibles pour ses futurs Casinos Barrière et Dominique Desseigne admet l’existence de discussions avec d’éventuels partenaires locaux pour une arrivée du casinotier au Japon.

En attendant, le Groupe Barrière ne perd pas de vue qu’il a aussi quelques grands chantiers qui l’attendent en France. En premier lieu, il poursuit son programme de rénovation et de développement dans lequel il investit chaque année 70 millions d’euros.

Cette année, l’essentiel du budget n’ira pas pour les Casinos Barrière mais bien pour l’hôtel de Dinard qui va s’offrir une vraie cure de jouvence.

En fin d’année, l’un des étendards des Casinos Barrière, le Casino de Deauville bénéficiera toutefois de quelques rénovations qui viendront clore, avec la réfaction du parcours de golf de la cité normande, les travaux dans le Resort Barrière Deauville.

Parmi les autres projets, Dominique Desseigne évoque la définition de nouveaux parcours dans les Casinos Barrière afin d’offrir une expérience inédite aux joueurs.

En revanche, s’il est question de l’ouverture d’un second hôtel à Paris sur du moyen terme, les Casinos Barrière ne devraient pas se positionner pour l’ouverture de cercles de jeux à Paris si une loi l’autorisait. Une chose est sûre, la confiance règne pour l’avenir des hôtels et Casinos Barrière.

3 commentaires

  1. Égypte, Londres, New York et encore d’autres ! On peut dire que le groupe Barrière ne manque pas de ressources et d’idées !

    Si Partouche est endetté, Barrière lui pète les compteurs si j’ose dire !

    Enfin, avec plus d’un milliard d’euros de bénéfice, le groupe peut se permettre de nouvelles implantations et de futurs profits !

    Ouvrir un casino à Courchevelle était une excellente stratégie et continuer sa lancée dans de grandes destinations touristiques à gros portefeuilles est une excellente idée aussi !

    Le groupe est en pleine expansion et ne compte pas s’arrêter ! Peut-être des casinos Barrière au Japon ? Eh oui, pourquoi pas un grand groupe français au pays du soleil levant !

  2. Dans la vie de toute entreprise digne de ce nom, il est important de s’arrêter et faire le bilan de ses activités afin de prévoir le futur. C’est donc ce qu’a fait le PDG du groupe Barrière en ouvrant un coin de voile sur l’avenir du groupe, qui en plus des casinos s’oriente vers l’hôtellerie et la restauration depuis bien longtemps.

    Avec un bilan positif pour l’année 2015-2016, le groupe des casinos Barrière a les ressources financières nécessaires pour aller plus loin dans son développement. Le groupe entend toujours développer ses activités à l’international avec en projet l’ouverture de casinos en Afrique, au Japon, au Royaume-Uni et même aux Etats-Unis.

    C’est l’occasion à mon avis pour les casinos Barrière de se développer, car les années se suivent mais ne se ressemblent pas.

    Quand le bilan d’une l’entreprise est bon, il faut en profiter et faire des investissements dans le sens d’accroître son chiffre d’affaires.

    Avec cette embellie qu’a eue le groupe en 2015-2016, le groupe Barrière a là une belle opportunité de réinvestir les plus values et c’est ce que le PDG du groupe entrevoit de faire. A mon avis, très bonne vision de sa part car arriveront un jour les moments de difficultés qu’il faut songer à prévoir maintenant.

    En effet, qui aurait prévu le manque de clientèle que les casinos français en dur ont subi entre 2008 et 2015 ?

  3. De bonnes perspectives pour le groupe des Casinos Barrière, avec tout ce programme de développement des activités du groupe.

    Pour toute entreprise qui se veut sérieuse, il faut s’arrêter et faire le bilan de ses activités et entrevoir de nouvelles actions faisant appel à des investissements pour la prospérité.

    C’est ce qu’a fait le PDG du groupe Barrière qui a de grands projets de développements pour son entreprise.

    En plus des casinos, le groupe Barrière entend investir dans hôtellerie et s’internationaliser en ouvrant des casinos en Afrique, au Japon, au Royaume-Uni et même aux USA.

    Tous ces projets d’avenir sont suscités par l’embellie financière de 1,16 milliards de chiffre d’affaires enregistré en 2015-2016. Comme quoi, il faut savoir profiter des opportunités qui s’offrent à nous à mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !