Accueil » Actualités » Paris, cercles de jeux, paris sportifs et hippiques autorisés

Paris, cercles de jeux, paris sportifs et hippiques autorisés

Les cercles de jeux à Paris : autorisation des paris sportifs et hippiques

Le 10 mai 2017, dans l’ultime Journal Officiel de la mandature Hollande, est paru le décret d’application de la loi instaurant le nouveau statut des clubs de jeux.

Il définit les jeux qui seront autorisés, notamment les paris sportifs et hippiques, mais aussi les conditions que devront respecter les candidats à l’ouverture de ceux qui remplaceront les cercles de jeux à Paris.

Les principaux acteurs du secteur des casinos (Groupe Partouche, Barrière et Joa), mais aussi des opérateurs historiques sur le marché des jeux d’argent devraient rapidement se positionner pour ouvrir, pourquoi pas, un établissement dans la capitale dès janvier 2018.

Paris, cercles de jeux, paris sportifs et hippiques autorisés.

Les cercles de jeux à Paris, c’est fini ! Place aux clubs de jeux !

Alors que beaucoup redoutaient que le décret d’application de la loi créant le statut des clubs de jeux ne soit repoussé de plusieurs mois en raison du changement de Président de la République, il n’en a rien été.

Le gouvernement Hollande a en effet pris soin de signer ce décret avant la passation de pouvoir si bien que les nouvelles versions des cercles de jeux à Paris pourront voir le jour dès le début de l’année 2018.

Il faut dire que le temps pressait après que les cercles de jeux à Paris aient tous – exception faite du Clichy-Montmartre – été contraints de mettre la clé sous la porte.

Le plus souvent, ces cercles de jeux à Paris ont été rattrapés par des scandales de blanchiment d’argent comme ce fut le cas pour le Club Anglais, le Cadet ou encore le Wagram.

D’autres ont été épinglés pour laver de l’argent sale mais aussi pour employer des salariés au noir comme le cercle de jeux de l’Aviation Club de France. Autant dire qu’un grand coup de balai était nécessaire pour donner de nouvelles bases saines aux jeux d’argent à Paris.

Ces bases, c’est assurément le décret du 10 mai 2017 qui va les poser. Il indique ainsi que la nouvelle formule des cercles de jeux à Paris baptisée « clubs de jeux » va faire l’objet d’une expérimentation de 3 ans et que cette dernière sera limitée géographiquement à Paris intra-muros.

Dès le 1er septembre 2017, les candidats à la création d’un club de jeux à Paris pourront donc déposer leur dossier auprès du Ministère de l’Intérieur. Sous 4 mois maximum, celui-ci statuera et donnera ou non son autorisation.

En effet, l’exécutif souhaite garder la main sur le dossier et entend veiller à ce que les pratiques frauduleuses ou criminelles observées dans le passé dans les cercles de jeux à Paris ne puissent pas réapparaître.

Ainsi, seuls des opérateurs jugés sérieux seront agrémentés pour pouvoir ouvrir un club de jeux dans la capitale. Reste maintenant à savoir combien de candidats répondront présents, l’Etat n’ayant pas fixé de plafond au nombre de clubs de jeux établis à Paris.

Dès le 1er janvier 2018, les clubs de jeux pourront ainsi proposer leurs offres aux joueurs parisiens. Ils viendront ainsi concurrencer le dernier des cercles de jeux à Paris, le Clichy Montmartre, qui dispose d’une année pour se conformer à la nouvelle loi et qui a déjà entrepris des actions en ce sens.

La liste des jeux de casino autorisés dans les clubs de jeux dévoilée

La nouvelle formule des cercles de jeux à Paris (désormais nommés Clubs de jeux) va disposer de sérieux arguments pour convaincre les joueurs. En effet, le décret fixe la liste des jeux autorisés et celle-ci est longue, preuve que l’Etat a entendu l’industrie des jeux d’argent qui avait plaidé pour la possibilité de proposer une large offre.

Dans ces établissements parisiens, il sera ainsi possible d’affronter le club dans de nombreux jeux de contrepartie puisque seront autorisés le stud poker, le hold’em poker, l’ultimate poker, le punto banco, le poker 21, le poker 3 cartes mais aussi le billard multicolore, un joli clin d’œil à la tradition des cercles de jeux à Paris.

En revanche, point de machines à sous, de roulette ou de blackjack qui resteront donc une exclusivité pour le Casino d’Enghien les Bains en Ile de France.

Des jeux de cercle viendront compléter l’offre étant donné que le baccara chemin de fer, le baccara à deux tableaux en banque limitée, le baccara à deux tableaux en banque ouverte, le mah-jong, le Hold’em Poker et l’Omaha sont également autorisés par le décret.

Paris sportifs et hippiques aussi au programme des nouveaux clubs de jeux à Paris

Alors que l’offre de la nouvelle formule des cercles de jeux à Paris est déjà des plus intéressantes sur le papier, le décret signé en mai 2017 stipule clairement que ces établissements pourront proposer des paris sportifs et des paris hippiques : « Un club de jeux peut exploiter un ou plusieurs postes d’enregistrement de paris sportifs ou hippiques ou de loteries, dans les conditions prévues par les réglementations applicables à ces jeux. ».

Pour autant, ils ne devraient pouvoir proposer que les paris sportifs opérés par la FDJ et les paris hippiques opérés par le PMU puisque ces acteurs sont les seuls à pouvoir opérer en dur en France.

L’arrivée des paris sportifs et hippiques dans les nouveaux cercles de jeux à Paris (club de jeux) est en tout cas, semble-t-il, une superbe nouvelle pour les joueurs mais aussi pour l’ambiance.

Les amateurs de sport, et de football en particulier, comme ceux de courses hippiques pourraient effectivement se retrouver dans ces établissements pour suivre les rencontres majeures et s’assurer que les paris pris sont gagnants ou perdants. De belles montées d’adrénaline en perspective…

La fiscalité, élément-clé de la nouvelle formule des cercles de jeux à Paris, enfin… des clubs de jeux ?

Bien que les premières candidatures pour l’ouverture de clubs de jeux à Paris ne devraient arriver au Ministère de l’Intérieur que dans les prochaines semaines, il semblerait que de nombreux acteurs de l’industrie des jeux d’argent aient déjà fait part de leur intérêt pour un tel projet.

Toutefois, tous refusent encore d’officialiser leur arrivée sur ce marché des nouveaux cercles de jeux à Paris tant que la fiscalité de ces établissements n’a pas encore été clairement actée.

En effet, c’est elle qui va définir l’équilibre économique des clubs et il n’est donc pas question pour les casinotiers, comme pour les opérateurs de jeux d’argent en dur ou en ligne, de se précipiter.

Pour l’heure, seul le Clichy Montmartre, « le » rescapé des cercles de jeux à Paris, est sur la ligne de départ le 1er janvier 2018 mais il ne sera pas seul, c’est quasi-certain !

Le potentiel de Paris avec son bassin de population, mais aussi ses millions de touristes tout au long de l’année, fait saliver les grands casinotiers.

Le Groupe Partouche ne devrait donc pas laisser passer cette chance de s’implanter dans la capitale. Les groupes Barrière et JOA, déjà à la recherche du lieu idéal pour installer leur(s) club(s) de jeux, seront aussi présents à n’en pas douter.

Plus surprenant, le PMU et la Française des Jeux suivraient de près le dossier et pourraient aussi se lancer dans l’aventure de clubs de jeux alors que des candidatures inattendues pourraient provenir de casinotiers étrangers désireux de s’installer en France, et plus particulièrement à Paris.

Les prochains mois vont donc être passionnants à suivre et il ne fait nul doute que grâce à cette nouvelle mouture des cercles de jeux à Paris, la capitale française va devenir une place forte pour les jeux d’argent car la demande des joueurs semble importante.

3 commentaires

  1. Il est important que soit mis de l’ordre dans ce secteur très sensible qu’est celui des jeux d’argent.

    Comme on le sait, ce milieu est très favorable aux transactions de toutes sortes. Qu’elles soient légales ou illégales…

    Ce sont les transactions illégales, voire criminelles qui généralement se déroulent en ces lieux.

    Ce décret qu’a donc signer le gouvernement Hollande avant de rendre le tablier est très important dans la mesure où, il va permettre un assainissement du secteur des anciens cercles de jeux.

    Se mettront donc en marge tous ceux qui n’auront pas d’autorisation d’exercer selon la nouvelle loi régissant le secteur des jeux d’argent.

    Il est vrai que la fiscalité reste l’élément pas encore défini dans ce projet, mais il faut tout de même penser à se positionner déjà afin d’exercer dans la légalité.

  2. Les cercles de jeux ! Ou comment rendre légal ce qui ne l’est pas !

    Soyons honnêtes, ces cercles de jeux vont avant tout servir à blanchir de l’argent !

    Ils existent depuis toujours et c’est principalement à cela qu’ils servent à mon avis !

    Je m’explique : qui va en profiter ? Les gérants uniquement ! Qui sera admissible dans ces cercles ? Certainement pas Monsieur et Madame tout le monde ! Ce sera un « triage sur le volet », c’est certain !

    Et pourquoi uniquement à Paris ? C’est bien simple, c’est la capitale et c’est bien là que circule le « beau monde » !

    Honnêtement, même s’il faudra montrer patte blanche pour ouvrir un club de jeux, les transactions vont très vite s’affoler et rendre encore plus puissant ceux qui le sont déjà à mon avis !

    Bien entendu, le PMU et la FDJ vont se faire plaisir et ouvrir un club de jeux afin d’alpaguer encore plus de monde et surtout des étrangers !

    Personnellement, je ne suis vraiment pas d’accord avec cette autorisation de clubs de jeux qui pour moi, est une manière d’alimenter encore plus le compte des riches et de rendre légal ce qui ne l’était pas…

    Mais ce n’est que mon avis !

  3. Cercles de jeux, clubs de jeux, c’est juste un jeu de mot !

    Sinon, fondamentalement, qu’est-ce qui change ? Rien du tout… C’est bonnet blanc, blanc bonnet. C’est donc à dire que les mêmes pratiques vont toujours s’y dérouler.

    Comme on le sait, la ville de Paris n’abrite aucun casino. Les cercles de jeux se livrent à des pratiques mafieuses si bien que l’Etat a bien été obligé de les fermer à l’exception d’un seul, qui exerce toujours actuellement.

    Sur 14 cercles de jeux à Paris, un seul est encore en activité, ce qui traduit l’ampleur des malversations qui s’y déroulaient.

    L’Etat en autorisant les « clubs de jeux », c’est justement pour combler le vide laissé par les « cercles de jeux ».

    Il est à espérer que cette fois-ci, ces « club de jeux » ne se comporteront pas comme les « cercles de jeux »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !

error: Contenu protégé !