Fil d'actualités, informez-vous !
Accueil » Actualités » Lancement du Barrière e-Sport Tour de jeux vidéo

Lancement du Barrière e-Sport Tour de jeux vidéo

Lancement du Barrière e-Sport Tour de jeux vidéo

Acteur majeur de l’industrie des casinos, de l’hôtellerie, des spectacles mais aussi de la restauration, le Groupe Barrière a officialisé courant mai son arrivée sur le marché de l’e-sport.

En lançant le Barrière e-Sport Tour, une tournée de grands évènements dédiés aux jeux vidéo « communautaires » dans ses établissements, il entend séduire les fans de sport électronique et plus généralement les millenials, ces derniers étant la clientèle de demain des casinos.

Barrière eSport Tour.

Le Barrière e-Sport Tour, le pari surprise du casinotier

Alors qu’en avril dernier, dans un entretien aux Echos, Dominique Desseigne, PDG du Groupe Barrière, s’était dit confiant quant à l’avenir de l’activité de son entreprise et avait évoqué les perspectives de développement pour cette dernière, il n’avait pas manqué de ne rien dire sur le projet du Barrière e-Sport Tour.

Aussi, l’officialisation du Barrière e-Sport Tour dans le courant du mois de mai en a surpris plus d’un. Certes, le PMU et la Française des Jeux – espérant sans doute se positionner en vue d’une hypothétique légalisation des paris sur les compétitions de jeux vidéo – avaient ouvert la voie en se lançant dans le sport électronique quelques mois plus tôt, mais personne n’avait vu arriver le casinotier Barrière dans cet univers quelque peu communautaire.

Pourtant, comme l’explique bien Sylvie Joly, directrice marketing des casinos Barrière, jeux vidéo et casinos ont en commun de permettre aux joueurs « de se mesurer au hasard » et « d’entrer en compétition avec d’autres joueurs ».

Le Barrière e-Sport Tour, une vaste opération de communication ciblant les « millenials »

Si les points communs entre casinos et jeux vidéo peuvent suffire à justifier le lancement du Barrière e-Sport Tour, il ne faut pas s’y tromper, il va s’agir avant tout là d’une importante opération de communication visant un public plus jeune que celui habitué à fréquenter les Casinos Barrière.

Il faut dire que le Groupe Barrière sait que le jeu vidéo peut être un bon vecteur pour toucher ceux que l’on nomme les « millenials », c’est-à-dire les jeunes nés dans les années 1980 et 1990.

Il a effectivement déjà pu le constater avec son application baptisée Barrière Pocket Casino, un jeu mobile largement téléchargé par les moins de 34 ans. Etonnamment, depuis le lancement de cette application, la moyenne d’âge des joueurs dans les casinos Barrière a diminué.

Aussi, avec le Barrière e-Sport Tour, le casinotier Barrière entend aller plus loin dans sa stratégie de séduction de la génération Y et le sport électronique semble un excellent vecteur.

Toutefois, le Groupe Barrière, contraint de céder plusieurs de ses actifs à la fin de l’année 2015, aurait pu se contenter de sponsoriser une équipe de gamers s’il l’avait voulu.

Avec le Barrière e-Sport Tour, le jeu vidéo entre dans les casinos

Derrière le Barrière e-Sport Tour, se cache en réalité la volonté de créer du spectacle gratuit autour des compétitions de jeux vidéo et ce, au sein des casinos.

Pour mener un tel projet, le casinotier a d’ailleurs choisi d’unir ses forces à Webedia, un spécialiste du e-sport aussi filiale de Fimalac, un partenaire industriel de la Galaxie Barrière.

Ensemble, ils ont ainsi mis en place la première étape du Barrière e-Sport Tour qui a eu lieu le 27 mai dernier au Théâtre Barrière de Lille.

Le choix de l’établissement pour le lancement de ce projet n’avait bien évidemment rien d’anodin étant donné que le Casino Barrière de Lille continue de perdre de l’argent malgré les efforts du Groupe pour le relancer.

Pour ce premier évènement organisé dans le cadre du Barrière e-Sport Tour, quatre équipes se sont défiées le temps d’un tournoi amical du jeu League of Legends. Bien évidemment, le Groupe Barrière avait pour l’occasion mis les petits plats dans les grands en faisant appel à plusieurs têtes d’affiche.

Les équipes étaient effectivement « coachées » par des stars de l’e-sport (Narkuss, Sardoche ou encore Kameto) extrêmement connues au sein de la communauté des gamers. La manifestation a quant à elle été animée par DominGo, un YouTuber à succès.

Preuve de la qualité du plateau proposé pour ce premier Barrière e-Sport Tour, ce sont plus de 6000 joueurs qui s’étaient préinscrites pour assister à l’événement alors même que le Théâtre Barrière de Lille ne dispose que de 1100 places.

Aussi, avec le Barrière e-Sport Tour, le casinotier Barrière a probablement eu le nez creux et il entend bien exploiter pleinement le filon. Dès le 11 novembre 2017, c’est le Casino de Toulouse qui accueillera un second Barrière e-Sport Tour. Toutefois, le jeu vidéo retenu pour l’événement n’est pas encore connu à ce jour.

Les éditeurs de jeux frileux à l’idée de collaborer avec l’industrie des casinos

Si le casinotier est certain que le Barrière e-Sport Tour va drainer une nouvelle clientèle dans ses casinos, mais aussi modifier son image en particulier auprès des 18-34 ans très adeptes de Twitch, la plateforme où sont diffusés en live les événements, il devra toutefois surmonter un obstacle important.

En effet, les éditeurs de jeux vidéo ne désirent pas plus que ça travailler avec les acteurs de l’industrie des casinos. Ils redoutent d’être instrumentalisés et de voir leur image ternie si elle est associée aux lobbies qui militent pour la légalisation des paris sur les compétitions de jeux vidéo.

Riot, l’éditeur de League of Legends, n’a d’ailleurs pas été simple à convaincre pour le premier Barrière e-Sport Tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !

error: Contenu protégé !