Accueil » Actualités » Paris sportifs, un parieur a fait plier la FDJ

Paris sportifs, un parieur a fait plier la FDJ

Paris sportifs : un parieur a fait plier la FDJ pour récupérer ses gains

Alors que la Française des Jeux – tout comme la majorité des bookmakers français d’ailleurs – a pris la mauvaise habitude d’annuler certains paris sportifs en arguant que les cotes fixées font l’objet d’« une erreur manifeste », voilà qu’une décision de justice va venir rebattre les cartes.

Dernièrement, un parieur a ainsi gagné un procès contre la FDJ qui l’avait initialement privé de près de 19 000 € de gains

Un parieur a fait plier la FDJ pour récupérer ses gains.

Trop de paris sportifs annulés par les bookmakers français pour erreur de cotes !

Si vous avez l’habitude de prendre des paris sportifs sur les rencontres de football, de rugby ou encore de basket pour ne citer qu’elles, vous devez savoir combien la cote est le critère essentiel.

La fixation de cette dernière par le bookmaker est ainsi essentielle puisqu’elle est pour beaucoup dans l’attractivité d’un opérateur de paris en ligne.

Seulement voilà, afin de conquérir les amateurs de paris sportifs, certains bookmakers français n’hésitent pas à franchir les limites et à proposer des cotes ne correspondant pas du tout à la réalité sportive.

S’il s’agit peut-être parfois de vraies erreurs, il arrive aussi que ces cotes soient le reflet de la stratégie de communication agressive d’un opérateur de paris sportifs.

La Française des Jeux est coutumière du fait et entre 2013 et la fin de l’année 2016, elle a à plusieurs reprises annulé des paris sportifs remportés par des parieurs en faisant valoir l’existence « d’une erreur manifeste » au moment de la fixation des cotes. Voir un comparateur de cotes ?

Pour ce faire, la FDJ ne s’embarrasse d’ailleurs pas trop puisqu’elle fait valoir aux parieurs ayant pris leurs paris sportifs en ligne sa décision par mail.

Bien entendu, afin de rendre cette communication officielle, elle prend soin de faire référence à un article des conditions générales qui stipule les conditions dans lesquelles elle a la possibilité d’annuler un pari. Bien entendu, tout est prévu pour qu’elle puisse recourir à l’annulation très aisément…

Un parieur a prouvé que la Française des Jeux n’est plus intouchable devant la justice

Souvent dépourvus face au mail d’annulation de leurs paris sportifs gagnés adressé par la FDJ, les parieurs en général se résignaient à laisser tomber, le coût d’une poursuite en justice dépassant bien souvent le gain dû par l’opérateur.

Mais dernièrement, la donne a changé puisque la justice a donné gain de cause à un parieur qui s’était vu priver de près de 19 000 € par le biais de l’annulation d’une cinquantaine de paris sportifs sur une période de 3 ans.

Parce que la somme était conséquente, l’amateur de paris sportifs avait décidé de faire appel à un avocat spécialiste du droit des jeux d’argent et avait monté un dossier présentant l’ensemble des paris sportifs ayant été annulés sur le fondement de l’« erreur de cote manifeste ».

Devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, l’avocat a fait valoir que son client avait pris des « contrats de paris » aux cotes indiquées sur le site et que l’opérateur avait unilatéralement rompu ces contrats.

Pour la transposer au monde de la vente, cette affaire est comparable à celle d’une erreur d’étiquetage en magasin profitant à un client. Jamais un vendeur ne viendrait rechercher la marchandise contre remboursement parce qu’il s’est trompé sur le prix de vente

De plus, n’est-ce pas un peu fort de café lorsqu’un parieur a misé 100 € sur une cote à 15 et qu’il a remporté 1500 € de lui dire « finalement, je vous rembourse vos 100 € parce que la cote était trop élevée » ?

Dans l’univers des paris sportifs, le bookmaker gagne de l’argent mais il doit aussi accepter d’en perdre !

La justice a tranché en ce sens en rappelant, qui plus est, qu’ « une fois la partie entamée, le hasard ne saurait retourner sur ses pas ».

Elle a ainsi conclu que la FDJ devait verser 18 918,34 € de gains au parieur ainsi que 3500 € au titre du remboursement des frais liés à la procédure juridique.

En revanche, le préjudice moral lié à la résistance abusive n’a pas été retenu pour la simple et bonne raison que le juge a estimé que la FDJ se pensait sincèrement dans son bon droit en vertu de ses conditions générales… 

La FDJ condamnée à payer ouvre la voie à d’autres parieurs

Parce que de nombreux amateurs de paris sportifs s’insurgent contre les pratiques d’annulation des opérateurs, cette décision ouvre assurément une brèche. Certains parieurs pourraient d’ailleurs se regrouper pour mener des procédures collectives.

Ainsi, même pour des montants moyens, mener une action en justice pourrait s’avérer pertinent. Encore faut-il avoir pris soin de conserver des preuves attestant de la pratique des opérateurs de paris sportifs, certains n’hésitant pas à supprimer votre historique sans votre accord !

Mais cette décision de justice fait aussi bouger les lignes du côté des bookmakers français en ligne puisque la plupart ont modifié leurs conditions générales et ont fait disparaître la mention « erreur de cote manifeste ».

Certains bookmakers français espèrent tout de même se cacher derrière une « erreur pour défaillance technique » sans savoir que cette dernière ne pourra être retenue, la justice ayant d’ores et déjà indiqué qu’une telle erreur était de la responsabilité du bookmaker.

L’affaire a aussi été l’occasion de rappeler qu’une circulaire de l’ARJEL en date de 2013 évoque déjà l’impossibilité pour un opérateur d’annuler des paris sportifs pour erreur de cote manifeste. Pour autant, personne ne semblait la respecter et ce… malgré un rappel fin 2016.

Désormais, la FDJ au même titre que ses concurrents, est en tout cas prévenue qu’elle n’est plus intouchable et qu’un parieur peut la faire plier.

Bravo à ce parieur tenace en tous les cas, car cette histoire de non paiement de gains de paris sportifs, c’était un peu David contre Goliath

6 commentaires

  1. Bravo à ce joueur de paris sportifs de s’être battu contre la FDJ, ce n’était pas gagné d’avance, il fallait oser !

    En même temps, gagner presque 19 000 euros et s’entendre dire que finalement, les paris sont annulés, il y a de quoi avoir la hargne.

    La FDJ n’est pas si « réglo » comme le prouve cette histoire de paris sportifs annulés. Une cinquantaine de paris gagnants en trois ans à la « poubelle » à cause de la FDJ, c’est inadmissible de procéder ainsi de la part d’un organisme comme la FDJ, de plus dont l’Etat est actionnaire.

    La justice a bien fait son travail sur ce coup là. Ces paris en ligne gagnés lui ont été payés, et en plus, les 3500 euros de frais de procédure ont été à la charge de la FDJ, chose normale d’ailleurs. Encore bravo à ce parieur !

  2. Bien content que ce parieur a eu gain de cause !

    Il est loin d’être le seul dans ce cas là ! Combien de fois des parieurs ont déjà vu leurs paris sportifs annulés ? Énormément !

    A savoir que rien que sur le site Winamax, par exemple, il est clairement spécifié dans leurs « Termes et Conditions » que Winamax peut annuler un pari en cours à tout moment ! Bien trop facile pour les bookmakers à mon avis !

    En fait, les bookmakers français constatent le nombre de pertes possibles pour un ou plusieurs matchs, du coup, ils annulent les paris… Ça ne devrait pas exister et en plus, « sous le nez » de l’Arjel qui est censée réguler les paris en France…

    En tous les cas, vraiment heureux que la FDJ ait plié, mais si tous les joueurs avaient le cran de ce parieur, il y aurait beaucoup d’affaires au tribunal !

    Des lois mériteraient vraiment d’être mises en place et par ce biais, les paris gagnés ne pourraient plus être annulés…

  3. Salut !

    Je suis parieur depuis plus de 15 ans sur les bookmakers en ligne, donc bien avant la loi de 2010. Ce que je peux vous dire, c’est qu’avant la loi, c’était bien pire l’annulation des paris sportifs gagnés !

    Rien n’empêche que ce parieur a bien fait, mais ça valait le coup pour récupérer 19 000 € ! Pour 100 € gagnés, bien des parieurs lâchent l’affaire compte tenu des frais d’avocat… Et ce critère décourage les parieurs de s’embarquer dans une procédure.

  4. Assez d’accord avec le dernier intervenant.

    Lorsque l’on joue de petites sommes, les implications restent assez faibles à une échelle individuelle.

    Néanmoins, les sommes perdues par l’ensemble des joueurs privés de gain peuvent atteindre des sommets…

    Du coup, effectivement, si l’on mise 10 €, difficile d’engager des procédures en cas d’annulation d’un pari pour cause d’une erreur X ou Y du côté du bookmaker ; et évidemment, on finit par « lâcher l’affaire ».

    Sauf que dans le cas présent, la personne a non seulement parié gros, a eu des milliers d’euros de gains annulés et ce, à plusieurs reprises !

    Un moment donné, et quelle que soit la taille de l’opérateur, un minimum de protection est nécessaire pour le joueur.

    Dommage qu’il faille en passer par une action en justice pour venir a bout des modalités prédatrices…

  5. Bien joué à ce parieur je dirai. Les bookmakers dont la FDJ n’ont aucune considération pour les parieurs.

    Quand il s’agit de respecter les engagements pris par les 2 parties, ils sont aux abonnés absents.

    Ce qui peut se traduire par : leur rôle, c’est prendre l’argent des autres et non en donner.

    Avant cette victoire judiciaire, les parieurs étaient livrés à eux mêmes, à la merci des bookmakers qui ne respectent les règles du jeu quand ça les arrange.

    Cette pratique malsaine des bookmakers doit être sévèrement punie par la loi. Les parieurs doivent aussi être vigilants pour faire appliquer les règles quant au paiement des gains.

  6. Je pense à la Française des jeux qui a un chiffre d’affaires de plus de 13 milliards d’euros et qui ne redistribue que 9,5 milliards.

    Je dis chapeau à ce parieur, comme quoi ce n’est pas une histoire de chance, la Française des jeux n’est pas si puissante que ca !

    Je ne comprends pas qu’il puisse avoir des erreurs de ce genre sur les cotes de paris sportifs.

    Perso, je ne parie pas et ne comprends pas trop ce monde, mais rien que parcce que ce parieur a pu récupérer ses gains, j’applaudis des deux mains !

    Je trouve inadmissible qu’avec tout ce que les bookmakers se mettent dans les poches, il puissent condamner un parieur à ne pas le payer quand bon leur semble. Et c’est toujours quand ils perdent de l’argent, jamais le contraire…

    Je pense à un gratteur de tickets de jeux qui avait lui aussi mis la FDJ au Tribunal et qui s’est fait rembourser ces gains. Du coup, la FDJ a changé son règlement de peur d’avoir des milliers de procès de ce genre.

    Enfin, tout ça pour démontrer que le « pot de fer » peut céder au « pot de terre ».

    Encore bravo à ce parieur acharné !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !

error: Contenu protégé !