Accueil » Actualités » Addiction aux jeux, comment la déceler ?

Addiction aux jeux, comment la déceler ?

Addiction aux jeux, comment la déceler ?

Les dernières statistiques en Suisse réflètent une croissance en 10 ans de 600% de joueurs addicts aux jeux. En France, les statistiques réelles sont encore sous silence; le chiffre de 5% de la population des joueurs est avancé, mais aucune statistique prouve ce pourcentage.

Certains spécialistes et Professeurs de Médecine français alertent les autorités publiques afin d’endiguer l’addiction aux jeux des français. Selon eux, une catastrophe sanitaire se prépare.

Les jeux à gains quasi-instantanés comme les machines à sous, les jeux de grattage, le poker et les paris hippiques et également l’Amigo (jeu de la FDJ qui a remplacé dernièrement le Rapido dans les cafés) sont les jeux préférés des français, mais malheureusement, ce sont ces jeux qui engendrent le plus d’addiction.

Comment déceler si vous avez un comportement de jeu compulsif ? Pour détecter une addiction aux jeux, lisez cette page, c’est extrêmement important.

Addiction aux jeux, elle est considérée comme une vraie pathologie

A l’heure où le nombre d’individus souffrant d’une addiction aux jeux d’argent ne cesse de grandir en France, nous avons souhaité nous intéresser à ce nouveau phénomène de société. Tentons donc de définir ce qu’est l’addiction aux jeux (voir ce cas), mais aussi de savoir comment on peut la détecter et quels sont les jeux qui créent le plus de comportements addictifs chez les joueurs…

Addiction aux jeux.

Le développement des jeux d’argent et de hasard observé lors des 20 dernières années s’est accompagné d’un véritable essor des comportements addictifs. En effet, est considéré comme souffrant d’une addiction aux jeux tout individu incapable de s’arrêter de jouer et développant donc une véritable dépendance aux jeux d’argent.

Concrètement, pour un joueur addict, il devient rapidement impossible de se passer de jeux d’argent et, lorsqu’une partie est débutée, une force incontrôlable le pousse à miser encore et toujours. L’addiction aux jeux d’argent, véritable fléau de la société moderne, est considérée comme une vraie pathologie et est également connue sous l’appellation « jeu compulsif », « jeu pathologique » ou encore « ludopathie ».

D’ailleurs, c’est parce que l’addiction est une pathologie moderne qu’il est important de savoir la détecter chez soi-même… mais aussi chez ses proches afin d’éviter qu’elle ne prenne une proportion pouvant conduire à la ruine, la déprime et même le suicide.

En effet, le plus souvent, un joueur addict enchaînant les parties gagnantes va renforcer ses positions sentant que rien ne peut lui arriver, le risque couru en cas de perte sera donc plus important.

Inversement, le joueur addict accumulant les parties perdantes voudra tout tenter pour se refaire quitte à y laisser toutes ses économies partant du principe que la roue va forcément tourner.

Pour éviter que certains de vos proches ou vous-même n’intègrent ces cercles vicieux, il faut savoir que quelques facteurs permettent d’identifier une suspicion d’addiction et constituent des signes devant vous pousser à intervenir.

Addiction aux jeux, quels sont les signaux d’un joueur compulsif  ?

Parmi ces signaux d’alerte, on retrouve le refus d’être aidé, l’impossibilité de se contrôler lorsque l’on joue, le fait de voir le jeu comme un échappatoire à sa vie ou la relative « inconscience » de rejouer même lorsque l’on enchaîne les pertes.

Mais ce n’est pas tout, un joueur peut comprendre qu’il souffre probablement de ludopathie quand il dépense plus qu’il ne possède, quand il envisage de se faire prêter de l’argent pour jouer ou bien lorsqu’il ment sur ses habitudes de jeux à ses proches.

Mentir sur les sommes engagées dans des parties de poker, de machines à sous, de jeux de grattage ou sur des paris sportifs est souvent le signe que l’on sait pertinemment que l’on joue beaucoup plus qu’il ne le faudrait.

Aussi, si plusieurs facteurs sont présents, inquiétez-vous car vous souffrez probablement d’une addiction au moins légère aux jeux d’argent. Votre médecin traitant ou bien des associations dédiées à l’aide des joueurs pathologiques pourront alors sans doute vous aider à guérir votre addiction.

Reste maintenant à savoir identifier les jeux les plus addictogènes. Plusieurs indicateurs, selon les experts, peuvent permettre de déterminer si un jeu a le potentiel pour être fortement addictif ou non :

  • le délai entre la mise et le résultat : il a clairement été identifié qu’un jeu avait un potentiel addictif d’autant plus important que le délai entre mise et résultat était court. Concrètement, cela signifie donc que les jeux à gains quasi-immédiats tels que les machines à sous, les tickets à gratter ou encore le poker peuvent être très addictifs, le joueur ayant rapidement envie de se refaire ou d’empocher un nouveau gain. Les jeux à fréquence élevée tels que le Rapido (Amigo désormais) jouissent également d’un très fort caractère addictif.
  • le syndrome du « presque gagné » : dans certains jeux, le joueur peut avoir le sentiment quand il perd d’avoir « presque gagné ». C’est en particulier le cas des machines à sous qui indiquent toujours un début de combinaison qui aurait permis de gagner de l’argent. Le caractère addictogène est donc bien présent.
  • la dématérialisation de l’argent : en remplaçant l’argent réel par des jetons ou bien par de l’argent virtuel, le joueur peut perdre conscience qu’il joue son argent. Le caractère addictogène des jeux d’argent en ligne ou du poker s’explique donc partiellement là.
  • le cadre de jeu : le fait de jouer à des jeux dans un casino supprime la notion du « temps passé à jouer » alors que l’ambiance d’un bar est souvent propice à devenir accro aux jeux de grattage ou aux paris hippiques, le jeu contribuant à la convivialité du lieu. Au final, sachez que tous les jeux d’argent ont un potentiel addictogène mais que les jeux à gains immédiats, qui incitent à rejouer, sont ceux qui exposent le plus les joueurs.

9 commentaires

  1. Argh, le sentiment du presque gagné ! Combien de fois, sur certains jeux, on est à deux doigts de la combinaison parfaite et patatras, il manque un symbole, ou alors un wild est mal placé ou décalé ! Certains jeux entretiennent ce « presque gagné », notamment la machine à sous Super Multitimes progressive qui me fait cet effet à chaque fois…

    Quant à la rapidité du jeu (délai entre la mise et le résultat), j’imagine que cela à un impact indéniable quant à la multiplication des dépôts et de la perte progressive de lucidité et de discernement. Maintenant, j’imagine qu’il faut être sacrément courageux pour effectuer une démarche de soin seul.

    Et j’imagine qu’une aide s’impose lorsque les problèmes de santés, de travail ou financiers surgissent… Mais je pense que les auto-diagnostics style questionnaire sont clairement insuffisants.

  2. L’addiction aux jeux d’argent, j’ai connu et j’y ai laissé des plumes : loyers non payés, factures qui s’accumulent, demander de l’argent à ses amis, etc.

    Tout cela pour espérer décrocher un jackpot ou simplement pour une belle montée d’adrénaline. Enfin, aujourd’hui, je ne joue plus comme avant, je m’impose un budget et des limites sur les sites de jeux d’argent en ligne. C’est un plus compliqué sur les sites de jeux en ligne car la carte bleue est à côté de nous… donc on est toujours tenté de déposer plus.

    En revanche, dans un casino terrestre, c’est plus simple car on a l’argent dans les mains, on sait ce que l’on dépense.

    Mon conseil est de ne jamais prendre sa carte bancaire ou son chéquier quand on se rend dans un casino. Il faut simplement y aller avec un budget fixe et s’y tenir.

    Si vous sentez que vous êtes sujet à une addiction aux jeux, il ne faut pas hésiter à en parler, il existe maintenant beaucoup de structures qui sauront vous conseiller. N’oubliez pas, l’addiction est une maladie qui se soigne heureusement.

  3. L’addiction aux jeux est une réelle maladie ou encore, je dirai même une drogue.

    Chez certaines personnes, elle est difficile à gérer surtout avec les jeux en ligne où il y a une facilité de paiement et une facilité d’alimenter son compte.

    Une addiction peut engendrer de réels problèmes financiers vu qu’en ligne nous avons pas réellement la notion de l’argent.

    Mon conseil serait de limiter les transactions en ligne et de favoriser le casino traditionnel.

  4. L’essence même du jeu est tout d’abord distractif.

    Quand vient s’ajouter le facteur argent, le risque d’une addiction est grand dans la mesure où le joueur est convaincu qu’il peut se faire de l’argent en se distrayant alors que tous les coups ne sont pas toujours gagnants.

    Les séries de pertes ou de gains s’alternent et à la longue, on ne peut plus s’arrêter de jouer et on devient addict.

    Heureusement que l’addiction est reconnue comme maladie et donc traitée comme telle.

    Généralement, le joueur addict ne se dévoile pas dans la mesure où il se cache généralement pour jouer à l’insu de ses proches.

    Il sait dans son fort intérieur qu’il est n’est pas dans le vrai mais comment sortir de là ? Cette question reste pour lui une équation à laquelle il n’a pas la solution.

    Il faut donc l’aider à sortir de là. Comme tout malade, il a besoin d’être guéri.

  5. Bonsoir,

    L’addiction, je connais bien en l’ayant vécu moi même…

    J’ai commencé à jouer au début avec des petits dépôts de 20 euros et à l’époque, c’était déjà énorme.

    Et un jour, il m’a suffit de gagner une belle somme dans un casino en ligne réputé pour rentrer dans l’engrenage de l’addiction aux jeux.

    J’y ai laissé des salaires que je dépensais en 3 jours maximum…

    Je ne sortais plus les weekends avec mes amis car je préférais rester chez moi pour jouer jusqu’au jour où l’on découvre que l’on ne vit que pour « jouer » et rien d’autre.

    J’ai alors pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de mettre des limites de dépôt sur les casinos chez qui je joue régulièrement pour ne pas dépasser une certaine somme à jouer par mois.

    En tous les cas, dur dur pour moi d’avoir pu remonter la pente… Il faut s’auto-gérer, c’est la clé du « jeu responsable » à mon avis.

  6. Il faut dire que l’addiction aux jeux ne vient pas seule…

    Il y a toujours un facteur déclenchant qui est la participation aux jeux d’argent.

    Aller simplement au casino, pour se divertir ne génère pas l’addiction. Mais quand on participe aux jeux, que l’on soit gagnant ou perdant, si on y prend pas garde, on ne s’arrête plus de jouer et c’est là que l’addiction s’installe.

    Dans le cas de quelqu’un qui perd, il veut rattraper les sommes perdues et joue encore et encore. Pour celui qui gagne, c’est pareil…

    Par cupidité, il veut gagner plus et pense qu’il a la maîtrise totale du jeu puisque ça lui a réussi une ou plusieurs fois.

    Il va jouer en multipliant les mises et c’et là qu’arrive l’irréparable. Puisqu’au jeu, il n’y a pas que la gagne. Les pertes vont se mêler et notre joueur invincible va connaitre aussi les pertes qui vont l’emmener à ne plus s’arrêter de jouer…

    Pour échapper à ce fléau, il est mieux de se tenir loin des jeux d’argent car nul ne maîtrise le phénomène et il n’arrive pas qu’aux autres…

  7. Je pense sincèrement qu’en tant que joueurs de casino, on est tous déjà des addictes… quelque soit les montants joués.

    Le fait même de jouer plusieurs fois par mois prouve qu’on est dépendant, à différents degrés bien entendu.

    Afin d’éviter de dépenser trop, il faut savoir que sur la plupart des casinos en lignes, vous pouvez vous imposer une limite de mises, qu’elle soit hebdomadaire ou mensuelle. C’est important de se fixer cette limite.

    Cela évite d’une part de dépenser ce qu’on a pas, et d’autre part, de partir dans l’engrenage « fou » de l’addiction aux jeux.

    Car quand on a plusieurs mauvaises sessions de jeux, on a tous tendance à se dire que la roue va tourner et là, c’est un peu la descente aux enfers psychologiquement.

    Pour ma part, je choisi des casinos en ligne où je peux fixer mes limites de dépôts, mais également, où le retrait est quasi immédiat car l’addiction est aussi là quand on gagne : on veut faire mieux au risque de tout perdre ce que l’on a gagné.

    En tout cas, il ne faut pas hésiter à en parler, c’est important. Nous sommes tous un peu pareil en matière de jeux. Quelqu’un vous comprendra, c’est certain à mon avis.

    Adoptez un comportement de « jeu responsable » n’est pas si simple, mais possible si l’on en parle.

  8. En France, on estime qu’il y a 400 000 joueurs à risque modéré soit 0.9% de la population et 200 000 joueurs excessifs soit 0.2% de la population.

    Autant dire en fait, 600 000 personnes pour qui les jeux d’argent représentent un grand danger.

    L’addiction aux jeux se fait petit à petit, et même s’il existe désormais différentes façons de se protéger, on peut considérer n’importe quel joueur comme déjà addict.

    Je m’explique : dès lors que vous avez essayé et que vous voulez recommencé, il y a déjà là une alerte à l’addiction.

    Alors certains joueurs savent se raisonner, se fixe des limites de temps et d’argent, et s’y tiennent surtout.

    Alors oui, il n’y a pas trop de danger dans ce cas, mais l’addiction est là quand même puisque l’envie est toujours présente…

    Être addict ( peut importe l’addiction d’ailleurs : alcool, drogue, shopping et même le chocolat ), ce n’est pas juste de ne pas savoir se contrôler et se mettre en danger, c’est aussi avoir le besoin et l’envie de quelque chose.

    Il va de soi qu’il faut impérativement savoir se protéger de notre addiction et être raisonnable.

    Fort heureusement, de nos jours il existent des centres, des médecins, des forums, des sites où l’on peut facilement se faire aider et trouver du soutien !

    Alors ne surtout pas hésiter 🙂

  9. Développer une addiction aux jeux peut être très rapide à mon avis.

    Avoir l’opportunité de gagner de l’argent très rapidement comme dans les casinos, les jeux à gratter, le poker, le jeu de l’Amigo et autres, est la première cause de l’addiction.

    L’adrénaline que les jeux à gains instantanés procure quand on joue, rend certains joueurs dépendants.

    Cette addiction engendre différents problèmes ( financier, santé… ), qui malheureusement peuvent pousser certaines personnes à commettre l’irréparable.

    Il ne faut pas hésiter à donner l’alerte si l’on s’aperçoit qu’un proche est addict, ça peut lui sauver la vie à mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation. Patience !