Casino de Deauville, en grève pour cause de manque de salariés

Casino de Deauville, en grève pour cause de manque de salariés

Ces deux derniers samedis, c’est une scène pour le moins inédite qui a eu lieu aux abords du Casino Barrière de Deauville. En effet, alors que les touristes sont nombreux en cette période de l’année à se balader sur les célèbres « planches », ils ont pu découvrir un piquet de grève mis en place par une trentaine de salariés de l’établissement de jeu.

Ces derniers dénoncent les conditions de travail au sein du casino, les heures supplémentaires non payées ainsi que le manque d’effectif. La Direction assure quant à elle avoir déjà pris des engagements à ce sujet à la fin juillet. Analyse de la situation…

Casino de Deauville, les salariés dénoncent les heures supplémentaires non payées entre autres

Si de nombreux touristes français et étrangers se rendent chaque été à Deauville, c’est avant tout pour profiter du calme et du luxe de la station balnéaire normande. Toutefois, les samedis 8 et 15 août, tous ont pu assister à quelque chose de relativement rare dans la ville du Calvados : une manifestation, une grève. Mais ce n’est en aucun cas une révolte comme les croupiers à Macao !

En effet, ces deux jours, un piquet de grève était mis en place devant les portes du Casino Barrière de Deauville à l’appel de l’Intersyndicale menée par Force Ouvrière (FO) et l’UNSA. Une trentaine de salariés seulement ont participé à un mouvement qui visait à dénoncer la dégradation des conditions de travail et le non-paiement des heures supplémentaires.

Les manifestants ont ainsi clairement exprimé leur mécontentement à la direction de l’établissement et ont demandé que cette dernière prenne des engagements écrits pour remédier à ces problèmes. Devant les média, ils ont également profité de la visibilité qui leur était offerte pour déplorer le manque d’effectifs pendant l’été, période de l’année où l’activité du Casino de Deauville est la plus importante.

Du côté de la direction de l’établissement, c’est l’incompréhension qui domine puisque plusieurs engagements ont été pris à la fin du mois de juillet pour améliorer les conditions de travail des salariés. La CFDT et la CFTC, qui étaient des premières batailles aux côtés de FO et de l’UNSA pour obtenir des avancées cet été, se sont d’ailleurs désolidarisées de leurs « alliés habituels » suite à ces engagements.

Il faut dire que la direction du Casino Barrière de Deauville a accepté de mettre en place une prime mensuelle sur les jeux de table dès le mois de juillet, a promis une baisse des cotisations pour la sécurité sociale et des augmentations de salaires et s’est engagée à payer les heures supplémentaires dues dès le mois d’août 2015.

En ce sens, les salariés ont donc obtenu des jolies avancées et le combat de FO et de l’UNSA peine à être compris. Interrogés sur ces engagements, les meneurs du mouvement de grève ont clairement avoué qu’ils ne les voyaient que comme « de belles promesses » faites par un employeur désireux d’apaiser les tensions au sein de son entreprise.

Ces derniers considèrent en effet que la promesse d’engagement formulée par la direction n’a aucune valeur juridique et ils invitent donc Jean Charles Pitt, le directeur du casino Barrière de Deauville, à signer des accords d’entreprise. En attendant, l’activité de l’établissement de jeux n’a pas du tout été perturbée par cette grève et l’accueil des clients le samedi 8 août comme le samedi 15 août a pu se faire dans les meilleures conditions.

Par conséquent, le mouvement des grévistes a surtout permis de mettre en avant que les effectifs du casino étaient largement suffisants puisque, comme le dira sur un ton un brin ironique Jean Charles Pitt, « même avec l’absentéisme lors d’une forte affluence au casino, samedi, tout s’est très bien passé ». A suivre donc…

3 commentaires

  1. C’est une initiative louable et courageuse de la part des employés du casino de Deauville que d’avoir manifesté durant deux samedis consécutifs, et qui plus est, en période estivale !

    Cela aura sûrement un plus grand impact !

    Il est tout à fait normal de vouloir obtenir, d’une part de meilleures conditions de travail et d’autre part, la rémunération des heures supplémentaires ! La loi est quand même ce qu’elle est !

    Tout travail mérite salaire et toute présence dans l’entreprise doit être rémunérée ! En argent ou en congés, mais c’est obligatoire !

    J’espère que ces salariés auront gain de cause et qu’ils verront leur demande aboutir !

    C’est une très mauvaise publicité pour les gérants de casinos !

  2. Tout travail mérite salaire !

    Les conditions de travail difficiles et le non paiement des heures supplémentaires à ces travailleurs du Casino Barrière de Deauville est, il faut le dire, un acte de maltraitance de la part des responsables de cet établissement que les autorités doivent rappeler à l’ordre.

    Dans le feu de l’action, le Directeur fait des promesses qui, si elles sont acceptées par les travailleurs grévistes, resteront lettre morte parce que non formelles.

    Ils ont eu raison d’exiger de la part de cet employeur qui les maltraite déjà un engagement écrit et signé. Ce qui serait un gage assez sérieux.

    Toutes les promesses verbales faites par le Directeur de cet établissement restent des promesses tant qu’elles ne sont pas consignées par écrit !

  3. Conditions de travail difficiles, heures supplémentaires non payées, manque d’effectifs pendant l’été… je comprends les grévistes.

    Alors la direction leur promet la lune pour faire taire la grogne mais après tout, et comme le dit l’adage : “un tiens vaut mieux que deux tu l’auras”, et les promesses, si elles ne sont pas gravées dans le marbre, n’engageront que ceux qui les auront crues.

    Donc même si engagement verbal il y a, il faut toujours attendre qu’un accord écrit soit définitivement signé entre toutes les parties (direction/syndicats).

    De toute façon, c’est aussi le rôle des syndicats : en demander toujours plus pour obtenir ne serait-ce que quelques avancées réelles. C’est la règle.

    Ne reste plus qu’au casino de Deauville de tenir ses promesses et d’embaucher !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 h). Patience donc !