Jeux d’argent : actualités législations, jeux, sociétés, loteries, addiction etc.

Jeux d’argent : actualités législations, jeux, sociétés, loteries, addiction, etc.

Sur cette page, vous trouverez les principales actualités en bref dans le domaine des jeux d’argent, qu’ils soient en ligne ou physiques (en dur comme les casinos, les loteries, etc.). La plupart des actualités sur les jeux d’argent sont très importantes, notamment pour l’évolution des législations des jeux des pays et de l’addiction.

Vous y trouverez aussi des actualités insolites sur les jeux d’argent. Bonne lecture !

Jeux d'argent.

USA, les machines à sous sont devenues silencieuses : les casinos de Las Vegas sont désormais tous fermés jusqu’à nouvel ordre suite à la pandémie.

Les joueurs se rabattent sur les casinos en ligne agréés dans les États Américains qui ont légalisé les jeux de hasard moyennant une licence.

Pour information, l’industrie des jeux d’argent aux USA emploie 1.8 million salariés et représente un chiffre d’affaires de 250 milliards d’euros.

Royaume-Uni, la loterie nationale a fermé son siège social : à la suite d’un diagnostic positif au Coronavirus au sein de la maison mère de la loterie nationale britannique (la Camelot), le personnel travaillera à domicile.

La personne contaminée revenait d’un voyage en Thaïlande. La Camelot assure que tous les tirages du Loto auront lieu comme prévu.

Danemark, le personnel de la Spillemyndighedens renvoyé à la maison : les employés de l’Autorité Danoise des jeux de hasard ont été renvoyés aujourd’hui chez eux jusqu’au 29 mars suite à la pandémie.

Ils travailleront à domicile et les réunions habituelles de bureau se passeront en ligne jusqu’à nouvel ordre.

Canada, fermeture de 4 casinos et 2 maisons de jeux : le gouvernement a annoncé la fermeture aujourd’hui des casinos et des maisons de jeux de Loto-Québec pour une durée indéterminée.

Cette décision et mesure préventive est due à la menace de l’expansion du Coronavirus.

De ce fait, les casinos de Montréal, du Lac-Leamy, de Charlevoix et de Mont-Tremblant seront fermés dès ce soir à minuit jusqu’à nouvel ordre.

France, le groupe Partouche inquiet : le groupe Partouche a communiqué aujourd’hui son sentiment suite au Coronavirus.

“L’apparition et le développement rapide de l’épidémie Covid-19 pourraient avoir un impact sur la fréquentation et l’activité dans nos établissements”. L’action Partouche a baissé aujourd’hui de 11.49%.

Europe, annulations de tournois de poker en pagaille : suite au Covid-19, une multitude de tournois européens de poker sont annulés.

Le WPTDS de Deauville, l’Irish Open de Dublin, le Road to PSPC de La Grande Motte, l’UDSO d’Aix-en-Provence, le BPT de Ribeauvillé, le Winamax Poker Tour de Madrid, le WPT de Barcelone également, bref, les annulations de tournois s’enchaînent à vitesse grand V

Italie, fermeture temporaire des boutiques de paris Snaitech : afin de stopper la propagation du Coronavirus (Covid-19), le Gouvernement Italien a décidé de fermer toutes les boutiques de détails.

De ce fait, les boutiques de paris Snaitech, propriétés de la société Playtech, seront fermées jusqu’au 3 avril.

Il en est de même pour les salles de bingo, de jeux d’arcade et bien d’autres commerces comme les cinémas et discothèques. Quant aux matchs de football de la première division (Série A), ils sont suspendus.

France, la FDJ a fait appel pour la loterie gratuite Bravoloto : petit résumé des faits ! La FDJ en 2017 a attaqué en justice la société Marketluck, propriétaire de la loterie gratuite Bravoloto pour concurrence déloyale.

Cette société qui propose une application pour jouer au Loto gratuitement sur les mobiles moyennant le visionnage de spots publicitaires, peut compter sur son actionnaire qui n’est autre que le patron des magasins Gifi.

La société Marketluck a été condamnée début 2020 à 70.000 euros mais en aucun cas à retirer du marché son application. Son modèle de loterie gratuite est conforme selon le Tribunal. Du coup, mécontente de ce jugement, la FDJ a fait appel

La condamnation de la société Marketluck porte exclusivement sur le plagiat de la remise de chèques géants remis aux gagnants ou encore quelques codes couleurs qui prêtaient à confusion avec le vrai Loto de la FDJ ainsi que les heures des tirages.

Cerise sur le gâteau ? La société Marketluck a lancé dernièrement une deuxième loterie gratuite nommée Bravospeed. La FDJ devra donc désormais affronter cette concurrence de loteries gratuites. Bien joué Mister Gifi !

Royaume-Uni, une amende bien salée pour le Casino Mr. Green : la Gambling Commission, autorité britannique des jeux d’argent en ligne, vient d’infliger une amende record de 3.5 millions d’euros au Casino Mr. Green.

La Gambling Commission a analysé 3 comptes de joueurs VIP en 2018 du Casino Mr. Green. Il s’avère que l’un des joueurs VIP, qui a déposé plus d’un million d’euros, n’a pas justifié l’origine de ses fonds et le Casino Mr. Green a laissé faire…

Du coup, une amende très salée est tombée ce jour. A noter que William Hill, propriétaire depuis 2019 du Casino Mr. Green, n’était pas courant de cette affaire puisque les faits se sont déroulés en juillet 2018.

En 2019, la Gambling Commission a infligé plus de 23 millions d’euros d’amende à 9 opérateurs différents.

Ukraine, le gouvernement ordonne le blocage de 32 sites : bien que l’Ukraine compte en 2020 légaliser les jeux d’argent en ligne, en attendant, le gouvernement a ordonné aux FAI le blocage de 32 sites de jeux d’argent (casinos, poker et paris sportifs).

Parmi eux se trouvent les sites renommés de Microgaming du Groupe Casino Rewards (Yukon Gold, Golden Tiger, etc.), Party Poker et le site britannique Pinnacle entre autres.

Espagne, un règlement strict pour les jeux d’argent en ligne : le Ministre Espagnol de la Consommation, Alberto Garzon, envisage de passer un décret pour, selon son expression, “réglementer strictement” les publicités des opérateurs de jeux d’argent.

Dans ce décret, il sera formellement interdit aux sites de publier des spots publicitaires télévisés en dehors du créneau horaire de 1 h à 5 h du matin (sauf lors de matchs).

Aussi, seront interdits toutes les publicités autour des stades, sur les maillots des joueurs ainsi que le recrutement de célébrités pour promouvoir un site de jeux. Ce décret, disons-le plutôt radical, provoque un tollé général auprès des opérateurs.

Chine, levée de l’interdiction de fréquentation pour les casinos de Macao : le Secrétaire à l’Economie et aux Finances, Lei Wai Nong, a annoncé que les casinos de Macao pouvaient rouvrir leurs portes dès ce jeudi.

Cette décision a été prise car aucun cas de Coronavirus (Covid-19) n’a été détecté depuis 1 semaine à Macao.

Aussi, les casinos peuvent demander des reports de réouverture jusqu’à trente jours supplémentaires s’ils le désirent.

Danemark, les casinos en ligne dopent la croissance des jeux d’argent : selon un rapport de l’Autorité Danoise des jeux d’argent en ligne (la Spillemyndigheden), le chiffre d’affaires de l’année 2019 est en hausse de 1.8% par rapport à 2018.

Près de 900 millions d’euros (880 exactement) ont été misés en 2019 sur les sites de jeux d’argent agréés au Danemark. Alors que les paris sportifs ont pratiquement stagné, les casinos en ligne agréés ont progressé de 8.1%.

France, la FDJ est en pleine forme : selon la PDG de la Française des Jeux, l’année 2019 est un “cru” historique. En effet, le chiffre d’affaires de la FDJ en 2019 révèle une croissance de 8.5% par rapport à 2018.

Celui-ci se monte à 1.95 milliard d’euros et frôle donc le cap des 2 milliards qui sera certainement atteint en 2020. Néanmoins, le profit net de la FDJ est en baisse : 133 millions d’euros contre 170 en 2018.

Cette baisse de profit est due notamment aux charges liées à son entrée en bourse, soit 31 millions d’euros mais aussi à l’acquisition de la société Sporting Group (15 millions d’euros).

Lituanie, adoption d’un amendement pour les jeux d’argent en ligne : grâce à un amendement voté à la majorité, à compter du 1er juillet 2020, tous les sites de jeux d’argent en ligne devront afficher un “message d’alerte”.

La Lituanie, pays européen, estime qu’il faut suivre les pays dont la législation impose aux opérateurs d’afficher sur leurs sites des messages de prévention sur le “jeu responsable”.

Mykolas Majauskas du Parti démocrate, député qui a proposé cet amendement, estime même qu’il faut changer régulièrement de “message d’alerte” afin que les joueurs ne s’y habituent pas.

USA, le secteur des jeux en ligne se porte à merveille : grâce à la légalisation des paris sportifs et des casinos en ligne dans 14 États Américains, les joueurs ont parié en 2019 près de 12 milliards d’euros.

Selon l’AGA (American Gambling Association), les jeux d’argent (en ligne et en dur) emploie près de 2 millions de personnes. Le chiffre d’affaires des opérateurs de jeux devrait croître de manière exponentielle dans les 5 années à venir.

En effet, les USA regroupent 52 États et seuls 14 ont légiféré en la matière mais d’autres États sont en cours de modification de leur législation pour 2020 afin d’accéder aussi à cette “ruée vers l’or” des jeux d’argent en ligne.

Danemark, le service d’assistance téléphonique danois sur le jeu problématique porte ses fruits : l’Autorité des jeux d’argent en ligne danoise (la Spillemyndigheden) a lancé en 2018, un service téléphonique pour les joueurs dépendants aux jeux.

Les chiffres de l’année 2019 concernant ce service d’aide aux joueurs appelé StopSpillet sont : 722 appels reçus – 57% des appels représentent des personnes qui ont reconnu être en souffrance face aux jeux. Les hommes représentent 87% des appels.

67% ont cité le jeu en ligne comme leur principal problème. En comparaison, les jeux de hasard dans les casinos en dur, les boutiques de paris et les machines à sous représentent 33% des appels.

France, l’ANJ sera en totalité opérationnelle très bientôt : l’ANJ, qui remplace l’ex-Arjel depuis la privatisation de la FDJ, sera pleinement opérationnelle qu’au printemps au lieu du 1er janvier 2020 comme c’était prévu.

La Présidence de l’ANJ (Autorité Nationale des Jeux) sera chapeautée par Madame Isabelle Falque-Pierrotin, qui a remis dernièrement ses conclusions au sujet des jeux d’argent en ligne et physiques, sauf sur les casinos en dur toujours sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur.

L’ANJ sera dotée de pouvoirs supplémentaires par rapport à l’ex-Arjel, ce qui laisse présager, du moins nous le supposons, des temps encore plus difficiles qu’auparavant pour les joueurs de casino en ligne entre autres

Macao, les casinos sont désormais fermés : le chef de l’exécutif, Ho Lat-Seng, a pris la décision de fermer tous les casinos de Macao suite à un nouveau cas d’une personne atteinte du Coronavirus.

Au total, Macao compte 10 personnes contaminées sur une population totale de 630 000 habitants. Le Chef Gouvernemental Local envisage même de proroger ses fermetures provisoires afin de protéger les habitants.

Macao, chute importante du chiffre d’affaires des casinos : suite au Coronavirus qui sévit en Chine depuis janvier, une masse dantesque de joueurs ont déserté les casinos de Macao.

L’Organisme du Tourisme du Gouvernement de Macao stipule que pendant le Nouvel An Chinois, le taux d’occupation des chambres d’hôtels en janvier 2020 à Macao représente une baisse de 78.3% par rapport à celui de 2019.

Allemagne, le gouvernement met en garde les banques allemandes : comme nous l’avions stipulé dans une autre news fin 2019, la législation en faveur des jeux d’argent en ligne ne sera en vigueur que dans seulement 18 mois.

Or à ce jour, il s’avère que beaucoup d’opérateurs de jeux d’argent en ligne continuent encore leurs activités sur le territoire allemand.

De ce fait, les autorités allemandes mettent en garde une deuxième fois toutes les banques afin qu’elles refusent impérativement les transactions d’argent vers les sites de jeux.

De surcroît, les sites renommés qui ne cessent pas leurs activités risquent un retard de 3 ans pour l’obtention de leur licence de jeux.

Suisse, Partouche attend sa licence de jeux d’argent en ligne : le Groupe Partouche a effectué sa demande de licence à l’Autorité des jeux d’argent en ligne Suisse, la Eidgenössische Spielbankenkommission (ESBK).

Disposant déjà de casinos en dur en Suisse, il est évident que le Groupe Partouche obtiendra le fameux laisser-passer avant le premier semestre 2020.

D’ailleurs à cet effet, Partouche a conclu un accord avec un des leaders des jeux de table en direct, à savoir Evolution Gaming, présent sur pratiquement tous les casinos en ligne. Le nom du casino en ligne suisse de Partouche est pour l’instant “secret”.

France, un YouTubeur français sous le feu de certains de ses abonnés : connaissez-vous ce YouTubeur dénommé Bidule ? Si vous êtes joueur (se), vous avez certainement dû en entendre parler grâce à ses 75.000 € de gain dernièrement sur des casinos en ligne.

Or, dernièrement, ce YouTubeur de 22 ans est devenu la cible d’une multitude de ses abonnés qui lui reproche son addiction aux machines à sous particulièrement. Il avait parié que sa balance joueur monterait à 100.000 € grâce à ses 75.000 € déjà gagnés.

Malheureusement, lors de plusieurs sessions de machines à sous en ligne en direct sur Twitch, il a perdu son gain de 75.000 €. D’où les médisances de ses abonnés à son égard…

France, bientôt la légalisation des casinos en ligne ? Dans une interview parue aujourd’hui de l’ANJ (ex-Arjel depuis le début janvier 2020) dans le journal “Le Monde”, voici les propos de l’ANJ Française à propos des casinos en ligne.

« Avant même qu’une réflexion soit engagée, et si elle devait l’être, deux impératifs seraient à prendre en compte :

en premier lieu, la protection des joueurs, avec la mise en place de dispositifs d’encadrement spécifiques de nature à atténuer sensiblement le risque d’addiction ; et, en second lieu, l’équilibre des filières au sein du marché légal des jeux d’argent », avance le régulateur français.

Propos selon nous très paradoxaux puisque la protection des joueurs de casino en ligne est désastreuse actuellement car elle n’existe pas et quant à l’addiction, il est facile pour le régulateur d’imposer des règles strictes au niveau des bonus, des mises, des moyens de paiement etc. Les autres pays européens l’ont prouvé.

Reste néanmoins que la légalisation des casinos en ligne aura lieu tôt ou tard puisque plus de 500 000 joueurs s’y adonnent tous les jours. L’État finira par légaliser car le marché des machines à sous en ligne est très important en fiscalité, juste après les paris sportifs (de 2 à 10% selon les pays européens).

Se passer d’impôts est une erreur, une énorme erreur. Soyons patients puisque le journal “Le Monde” indique : « L’ouverture des casinos en ligne à la concurrence n’est cependant pas exclue à l’avenir ».

Malte, les opérateurs de jeux d’argent en ligne recrutent…, mais ne trouvent pas : selon une enquête de la MGA (Autorité Maltaise des jeux d’argent), 730 emplois ne sont pas pourvus à ce jour (janvier 2020).

Les opérateurs de jeux d’argent sont obligés de recruter des compétences hors de Malte car une pénurie s’est installée suite à l’essor mondial des jeux en ligne. Parmi les 9800 emplois à temps plein actuellement occupés, près de 69% de ceux-ci sont issus de l’étranger.

Espagne, l’Association de défense des droits des consommateurs demande l’interdiction des cartes de crédit pour les jeux d’argent : à l’instar du Royaume-Uni, l’Association “FACUA-Consumidores en Acción” a envoyé une missive au Ministre de la consommation.

Suite à la nouvelle loi sur l’interdiction des cartes de crédit pour les jeux d’argent en ligne et en dur au Royaume-Uni, l’Association Espagnole a demandé au Ministre de suivre l’exemple de la loi anglaise le plus rapidement possible.

Motif selon l’Association : “cette mesure contribuerait à lutter contre le jeu, un fléau qui ces dernières années n’a cessé d’augmenter, en particulier dans les groupes vulnérables tels que les adolescents“.

Bref, la demande de l’Association est légitime et elle devrait être approuvée par le gouvernement courant 2020.

Royaume-Uni, les cartes de crédit seront interdites pour les jeux d’argent : c’est fait, l’Autorité Anglaise de régulation des jeux d’argent, la Gambling Commission, a pris la décision d’interdire les dépôts avec les cartes de crédit.

A l’image de la Belgique, seul pays européen à avoir pris cette mesure, les dépôts d’argent par carte de crédit sur tous les sites de jeux d’argent en ligne, mais aussi dans les établissements en dur, seront interdits à compter du 4 avril 2020.

Cette mesure vise à réduire l’addiction aux jeux et nous paraît indispensable afin de protéger les joueurs compulsifs. Il est à noter que les cartes de crédit ne seront pas interdites pour les loteries britanniques.

Pologne, le marché gris (opérateurs non agréés) toujours présent : alors que le chiffre d’affaires des bookmakers agréés a progressé de presque 29% en 2019 par rapport à 2018, le gouvernement polonais estime que le “marché gris” est toujours en vigueur.

En effet, il estime que 60% des joueurs polonais parient toujours malgré la loi sur des sites non agréés, ce qui porte préjudice à ses rentrées fiscales et aux bookmakers agréés.

De ce fait, une autorité des jeux en ligne (comme en France et autres pays européens) sera créée courant 2020.

Japon, les entrées des joueurs japonais dans les futurs casinos en dur seront limitées : afin de ne pas prendre le risque d’augmenter l’addiction aux jeux de la population dans les futurs casinos japonais, le gouvernement envisage des mesures strictes.

Les joueurs japonais devront obligatoirement payer l’entrée dans un casino (50 euros par visite et par joueur) et ils seront limités à 10 visites par mois maximum.

4 établissements de jeux sont prévus courant 2020 dans les villes suivantes : Yokohama, Sasebo, Wakayama et Osaka.

Grèce, sanction pour les casinos en dur prévue par l’État Grec : au même titre que les plans d’occupation du sol farfelus, de la fraude à tout-va de la TVA et fiscale, voici maintenant que les casinos rechignent à payer leurs cotisations à l’État Grec.

Ce dernier réclament aux casinos en dur le paiement de 100 millions d’euros impayés en 2019.

Le gouvernement grec, toujours sous surveillance très étroite par l’Union Européenne, sanctionnera sous 2 mois (retrait de leur licence de jeux) à compter du 1er janvier 2020, tous les casinos en dur qui n’ont pas payé leurs cotisations 2019.

France, un buraliste dépendant aux paris sportifs a sorti un livre : Jean-Pierre Murillo, buraliste depuis des dizaines d’années, raconte son histoire d’addiction aux paris sportifs dans un livre sorti il y a peu et dont le titre est : L’enfer du je (u) disponible sur cette page.

Ce buraliste, qui a déposé son bilan en septembre 2018, pariait jusqu’à 16.000 € par jour. Depuis 1 an, il est pris en charge pour son addiction qualifiée de “sévère” à la Clinique du Tremblay.

Quelques extraits de son interview : « J’ai menti à tout le monde, à ma famille, ami, tribunal. Je jouais 100 à 400 € à l’extérieur ou sur des sites de jeux. Et dans mon bureau de tabac, il m’arrivait de jouer jusqu’à 15.000, 16.000 € par jour. De la démence… »

Extrait de son avis sur la FDJ : « J’en veux à la Française des Jeux de ne pas avoir cherché à savoir pourquoi mon chiffre d’affaires grimpait en flèche. Jusqu’à 250.000, 300.000 € dans le mois pour une petite commune comme Pougues-les-Eaux. Ça aurait dû les alerter… »

Royaume-Uni, la banque HSBC au secours des joueurs dépendants : la plus grande banque d’Europe, HSBC, qui revendique près de 15 millions de clients, met en place un dispositif d’auto-exclusion.

Afin de protéger ses clients de l’addiction aux jeux, la banque HSBC va mettre en place dès le 1er trimestre 2020 un système qui pourra permettre à ses “clients joueurs dépendants” de s’auto-exclure des sites de jeux d’argent en ligne et en dur.

Cette décision fait suite à un constat alarmant : HSBC a déclaré recevoir 12000 appels de joueurs compulsifs en 2019.

Lettonie, lancement de l’auto-exclusion des joueurs : conformément à la nouvelle loi sur les jeux d’argent entrée en vigueur le 1er janvier 2020, les joueurs lettons peuvent désormais s’exclure des sites de jeux en ligne et en dur.

C’est une excellente nouvelle pour les joueurs compulsifs de ce pays qui dorénavant, seront protégés pendant 12 mois renouvelables.

Cambodge, fin des jeux d’argent en ligne : depuis le 1er janvier 2020, tous les sites de jeux d’argent en ligne qui ciblent le Cambodge sont désormais interdits.

Cette mesure radicale du gouvernement cambodgien fait suite aux pressions politiques exercées par la Chine afin d’éradiquer les jeux d’argent en ligne près de ses frontières.

Plus de 8000 emplois cambodgiens on été détruits. La perte fiscale pour l’État Cambodgien est évaluée à 20 millions d’euros par mois, sans doute compensée par la Chine…

PokerStars, l’action en bourse explose : afin d’assurer un suivi de notre position en bourse pour l’action PokerStars (TSG), nous informons les membres qui nous ont suivis dans cet investissement que nous avons clôturé notre position le 24 décembre au prix de 25.32 euros.

Nous avions acquis en avril des actions PokerStars au prix de 19.25 euros. Notre bénéfice est donc de plus de 26%. Nous conseillons ce jour aux membres de clôturer également leur position dès que possible.

En effet, nous préférons que le cours de l’action PokerStars comble son gap (un vide) situé à 18.88 euros. C’est plus prudent…

Nous vous informerons de nos prochaines prises de position concernant l’action PokerStars. Et bravo aux membres qui nous ont fait confiance à ce sujet !

USA, c’est fait pour l’État du Michigan : ces derniers jours étaient cruciaux pour la légalisation des jeux d’argent en ligne dans l’État du Michigan.

Mais c’est désormais ratifié par le Gouverneur du Michigan, Gretchen Whitmer, qui a légalisé les paris sportifs et les casinos en ligne. Les opérateurs pourront bénéficier de licence dès le 1er semestre 2020.

Macao, l’empire mondial du jeu : qui aurait cru que cette ex-colonie portugaise depuis le XVI siècle deviendrait en moins de 20 ans l’empire mondial du jeu, détrônant ainsi Las Vegas ?

Personne, sauf les chinois et son Président, Xi Jinping qui sera présent cette semaine lors du 20ème anniversaire de la fin de la colonisation portugaise.

Bon à savoir : avec désormais un PIB de 50 milliards d’euros (5.7 seulement en 1999 !), les casinos de Macao sont les générateurs à 80% de cet énorme PIB.

Le chiffre d’affaires hebdomadaire des casinos de Macao représente celui de tous les casinos de Las Vegas réalisé mensuellement.

France, un couple de buralistes au bord du gouffre : un couple a réalisé son rêve en 2016, investir tout son argent afin d’ouvrir un bar-tabac en Corrèze.

Ils embauchent une femme avec qui, à la longue, devient comme leur propre fille selon les dires des patrons. Dans ce bar-tabac, le travail de cette employée était en majorité “d’activer” les jeux à gratter de la FDJ.

Or en 2018 et 2019, elle profite de la confiance des buralistes pour leur voler plus de 30.000 euros de tickets de grattage. Suite à cette affaire, le couple ne dispose plus de trésorerie et est donc au bord du gouffre financièrement. Le procès débutera le 9 janvier 2020.

Danemark, Casino 888 se fait remonter les bretelles : l’Autorité Danoise des jeux de hasard en ligne (la Spillemyndigheden) a ordonné ce jour au Casino en ligne 888, agréé au Danemark, de lutter plus activement contre le blanchiment d’argent sous peine de perdre sa licence de jeux.

En effet, il s’avère qu’un joueur a dépensé plus de 130.000 euros dans les machines à sous en l’espace de 3 mois.

Or, 888 Casino a laissé ouvert le compte “casino” de ce joueur pendant 1 mois tout en sachant que le dit joueur ne voulait par lui remettre une copie de sa déclaration de revenus.

Selon la Spillemyndigheden, 888 Casino aurait dû fermer le compte du joueur dès son refus de justifier ses revenus.

Finlande, réduction du nombre de machines à sous : dès janvier 2020, Veikkaus, l’opérateur détenteur du monopole des jeux de hasard en Finlande, va entamer une réduction de son parc de machines à sous physiques.

Celles-ci sont généralement installées dans les stations-service, les hypermarchés, les restaurants et autres détaillants. D’ici à la fin de 2020, 3500 machines à sous seront supprimées, soit 20% du parc actuellement implanté.

Suède, les Casinos Mr Green et Karl ont fait l’objet d’injonctions : suite à un courriel publicitaire de Mr Green et Karl Casino envoyé par erreur à 2 joueurs suédois qui s’étaient auto-exclus, l’agence suédoise de la consommation (la KO) a averti par injonction les 2 opérateurs avec véhémence.

En effet, si cela se reproduit une deuxième fois à n’importe quel joueur qui figure dans le registre des joueurs auto-exclus (registre de la Spelpaus), une amende de 200.000 € par courriel envoyé sera due.

A ce jour, 45612 joueurs suédois se sont auto-exclus des jeux d’argent en ligne.

En aparté, quand l’État Français mettra en place un tel dispositif dissuasif pour protéger les joueurs de casinos en ligne ? Son devoir est en effet de protéger ses citoyens

France, 7 vols de cartes bancaires afin de gratter des tickets de la FDJ : cette semaine, un individu de 21 ans sans domicile fixe, a volé des cartes bancaires au Centre Hospitalier d’Angers afin de toucher le gros lot avec des jeux de grattage.

Pour les jeux de grattage, il payait ceux-ci à des buralistes grâce au paiement sans contact. Or, ce mode de paiement est limité à 30 €.

C’est par ce biais qu’il a été arrêté, prévenu par un détaillant de tabacs qui a constaté qu’une carte était bloquée. Il a avoué gratter plus d’une centaine de tickets.

USA, l’État de Virginie en marche pour l’implantation de casinos en dur et en ligne : suite à l’adoption du projet de loi 1126 du Sénat du mois de mars 2019, l’État de Virginie escompte implanter sur son territoire 5 casinos en dur.

Ces 5 casinos en dur seront couplés à des casinos en ligne et à des jeux de paris sportifs. 5 villes de l’État de Virginie sont éligibles pour accueillir ces nouveaux casinos : Bristol, Danville, Norfolk, Portsmouth et Richmond.

Grâce à cette nouvelle législation, l’État de Virginie escompte une rentrée fiscale de plus de 300 millions de dollars par an.

Australie, mise en place d’un fichier en ligne d’auto-exclusion : 2020 pour l’Australie sera l’année de la mise en place d’un site qui permettra aux joueurs de s’auto-exclure des sites de jeux d’argent en ligne.

Par ce biais, les joueurs pourront s’auto-exclure pour une période de 3 mois à illimitée. Les sites de jeux auxquels se sont inscrits ces joueurs ne pourront plus envoyer de publicités.

Irlande du Nord, 32Red Casino condamné à rembourser : un joueur dépendant a dépensé près de 690.000 euros au Casino 32Red entre 2016 et 2017 en utilisant les cartes bancaires de la société où il travaillait.

Après une plainte à l’encontre de 32Red Casino, agréé au Royaume-Uni, la société S3 Alliance basée en Irlande du Nord a réussi à se faire rembourser la somme totale volée, à savoir 690.000 euros.

Le Casino 32Red a plaidé coupable et a reconnu qu’il avait manqué à ses obligations d’enquêtes sur les origines des fonds dépensés par le joueur dépendant.

Autriche, l’association OVWG demande la fin du monopole des casinos : suite à la nomination en mai 2019 du directeur financier, Peter Sidlo, chez Casinos Austria qui détient le monopole des casinos en Autriche, colère retentissante de l’association OVWG.

En effet, il s’avère que Peter Sidlo est conseiller de District du Parti Autrichien de la Liberté (FPO) à Vienne mais aussi actionnaire de la société Novomatic qui fabrique en majorité des machines à sous pour les casinos physiques.

Selon l’association autrichienne des paris et des jeux de hasard (OVWG), la licence attribuée au Casino de Vienne est due au “piston” de Peter Sidlo. Une enquête a été ouverte pour corruption et conflits d’intérêts à l’encontre de Peter Sidlo.

L’OVWG soulève également d’importantes préoccupations quant à la conformité du monopole de Casinos Austria avec le droit de l’Union Européenne.

France, carton pour la FDJ en bourse : c’est fait, la FDJ est désormais cotée en bourse depuis le 21/11 et nous connaissons désormais le prix exact d’une action.

Après avoir coté presque 24 € à l’ouverture du marché, son prix à 17 heures est de 22.67 €. Pour l’instant, c’est une très belle opération pour les particuliers qui ont investi au prix de 16.50 € environ l’unité.

Cependant, les particuliers sont obligés de garder leurs actions au minimum 18 mois. Reste à savoir quel sera le prix d’une action FDJ au terme de ce délai obligatoire car des analystes estiment que le prix d’une action FDJ vaut réellement de 13 à 14.50 €.

Intelligence artificielle et machines à sous, des petits progrès en vue : une société anglaise, BGC (Conseil des paris et des jeux), a mis au point un logiciel doté d’intelligence artificielle (IA) pour freiner les ardeurs des joueurs de machines à sous au Royaume-Uni.

Basé sur des puissants algorithmes, ce logiciel est capable de détecter entre autres la cadence et la force de l’appui des doigts du joueur sur le bouton “play” (jouer).

En cas de comportements dépendants d’un joueur, le personnel du casino serait alors prévenu instantanément afin de faire de la prévention auprès du joueur.

Aussi, ce logiciel, qui serait intégré aux machines à sous, est capable également de bloquer le joueur pendant un temps déterminé et paramétrable.

C’est déjà une avancée, mais à notre avis, on en est pas encore à décrypter les expressions du visage (reconnaissance faciale) d’un joueur problématique lors de ses sessions de jeux.

En tous les cas, ce jour viendra et le marché à ce sujet… est énorme car les États sont demandeurs d’innovation pour freiner l’addiction.

Espagne, modifications de la loi en matière de publicité : dès le 15 janvier 2020, les opérateurs de jeux d’argent en ligne agréés en Espagne seront tenus de respecter des nouvelles restrictions concernant la publicité.

Ces nouvelles restrictions publicitaires concernent la protection des mineurs mais aussi le “jeu responsable”.

La publicité sera interdite lors des retransmissions en direct d’événements sportifs et les bonus “nouveaux joueurs” seront plafonnés à 200 euros maximum.

Aussi, les sportifs professionnels ne seront plus autorisés à figurer dans les spots publicitaires, ni dans les auto-promotions. Bref, des mesures qui suivent celles prises par l’Italie en 2018.

République Tchèque, un fichier des interdits de jeux : conformément à la loi de 2017 sur les jeux d’argent en ligne et en dur, le Gouvernement Tchèque va mettre en place un fichier des interdits de jeux.

Dès le 1 juin 2020, les joueurs pourront s’auto-exclure des sites de jeux d’argent en ligne et en dur. Les personnes déclarées en faillite ou assistées socialement ainsi que celles en traitement pour addiction seront ajoutées d’office.

Italie, augmentation énorme du prix des licences : le Gouvernement Italien a dévoilé un nouveau plan visant à réduire drastiquement d’ici à 2023 le nombre d’opérateurs de jeux d’argent en ligne agréés.

Actuellement, le nombre de licences attribuées aux opérateurs est de 85. D’ici à 2023, ce nombre devra être porté à 50 licences maximum. Et pour ce faire, l’arme italienne est la fiscalité.

En effet, le Gouvernement Italien compte augmenter le prix des licences à un niveau énorme, à savoir 2 millions d’euros au lieu des 200.000 euros habituellement. Bref, une mesure qui vise à éradiquer les “petits” opérateurs.

Allemagne et la législation des jeux d’argent en ligne : le fonctionnement de l’Allemagne est un peu comme les USA, à savoir une autonomie de législation pour chaque État. Il en existe 16.

Depuis 2008, seul l’État du Schleswig-Holstein a légalisé les paris sportifs et casinos en ligne. Plus de 15 sites de casinos y possèdent une licence dont les fameux 888, Betway et Party Casino.

Il est à noter que Paypal est disponible dans cet État comme moyen de dépôt et de retrait alors que dans les 15 autres États d’Allemagne, Paypal y est désormais interdit depuis le 21 octobre 2019.

Une légalisation des paris sportifs et des casinos en ligne est prévue pour le 30 juin 2021 pour les 15 autres États Allemands.

Monde, enquête sur la croissance des jeux d’argent : selon plusieurs rapports effectués aux USA par des sociétés spécialisées en enquêtes, le secteur des jeux d’argent en ligne dans le monde devrait croître exponentiellement entre 2020 et 2024.

Grâce à la légalisation des paris sportifs et des casinos en ligne en 2018 aux USA (chaque État Américain peut décider désormais de légaliser ou pas) et au continent Asie-Pacifique qui passera dans les années à venir à une éventuelle légalisation également, les rapports indiquent que le marché mondial des jeux d’argent en ligne devrait générer 84 milliards d’euros en 2024.

Ce nombre est à comparer à celui de 2017. En effet, le secteur a généré 42 milliards d’euros.

Toujours selon les rapports, les 2 principaux secteurs qui doperont le secteur des jeux d’argent seront les paris sportifs et les casinos en ligne.

Malte, la UKGC toujours non satisfaite de la MGA : le chef de l’Autorité des jeux d’argent en ligne anglaise (la UK Gambling Commission) estime toujours que la MGA (Autorité Maltaise des Jeux) manque à ses devoirs de régulation des sites de jeux basés à Malte.

Le Ministre Adjoint aux Services Financiers de Malte, Silvio Schembri, a rétorqué à Neil McArthur, chef de la Gambling Commission Britannique, le contraire en arborant que la MGA a fait un travail remarquable depuis 2014 et encore à ce jour.

A noter : il faut savoir que 30% des sites de jeux d’argent en ligne agréés au Royaume-Uni sont basés à Malte.

France, impôts sur les jeux d’argent : bon à savoir sur les taxes perçues annuellement par l’État sur les jeux d’argent en ligne et physiques !

La FDJ : 3.3 milliards d’euros – Le poker en ligne : 77 millions d’euros – Les paris sportifs et PMU (hors FDJ) : 960 millions d’euros – Les casinos en dur : 1.2 milliard d’euros.

Total des taxes perçues par l’État grâce aux jeux d’argent en France : plus de 5.5 milliards d’euros (pour 2018).

France, jour de la FDJ en bourse : à grands renforts de publicités depuis 10 jours, vous ne pouvez pas être au courant de l’entrée en bourse de la FDJ aujourd’hui.

Pour souscrire des actions de la FDJ, rendez-vous chez votre banquier entre le 7 et le 19 novembre (maximum) car désormais, la fourchette du prix de l’action FDJ est connue : entre 16.50 € et 19.90 € l’unité.

Danemark, le site ComeOn agréé : l’opérateur de jeux de casino et de paris sportifs en ligne ComeOn.com a obtenu une licence pour 5 ans au Danemark.

Ce site appartient au groupe Cherry (plus de 20 marques de sites de jeux d’argent en ligne) et est titulaire de plusieurs licences sur les marchés régulés en Europe (Suède, Malte, Pologne et dans l’État du Schleswig-Holstein en Allemagne).

Ukraine, légalisation proche des jeux d’argent en ligne : le Parlement Ukrainien a publié le texte intégral du projet de loi visant à légaliser les jeux de hasard.

Cette loi propose aux opérateurs de disposer d’une licence. L’Ukraine émettra 10 licences de casinos en ligne, 10 licences de paris sportifs (bookmakers) et cinq licences de poker.

Une autorité de régulation sera mise également en place avant le 1er janvier 2020.

Royaume-Uni, un groupe parlementaire pointe du doigt les mises sur les machines à sous : le groupe parlementaire britannique multipartite (APPG), dans son rapport provisoire pour l’instant, demande quand même au gouvernement de modifier sa loi sur les mises des slots.

L’APPG demande à ce que les mises par tour sur les machines à sous soient plafonnées à 2 £ (2.31 euros) au maximum.

Compte tenu du marché en baisse cette année des jeux d’argent en ligne au Royaume-Uni et des départs intempestifs d’opérateurs de renom, pas sûr que le gouvernement et la Gambling Commission suivent cette proposition

Portugal, la loi non respectée : une enquête nationale effectuée par l’Association Portugaise des Jeux et Paris en ligne (APAJO), a révélé que plus de la moitié des joueurs en ligne portugais jouent sur des sites illégaux malgré la loi entrée en vigueur en 2016.

Ils sont 56% à miser sur des sites de jeux d’argent sans licence. Selon l’enquête, ce sont en majorité (76%) des jeunes de 25 à 34 ans.

République Tchèque, augmentation des taxes sur les jeux d’argent : afin de pallier aux dommages liés aux jeux d’argent, le Ministère des Finances de la République Tchèque compte augmenter les taxes sur les jeux d’argent.

Si le projet du gouvernement est approuvé au Parlement Tchèque, les taxes sur le produit brut des jeux vont augmenter pour les machines à sous, les jeux de bingo, les loteries et paris sportifs.

Le secteur des slots sera taxé à hauteur de 38%, soit 3% de plus. Ceux des loteries et des jeux de bingo seront taxés à hauteur de 30%, soit 7% de plus et quant aux paris sportifs, il seront taxés à hauteur de 25% au lieu des 23% actuellement en vigueur.

La nouvelle loi sera applicable dès le 1er janvier 2020.

France, le groupe Betclic Everest quitte le marché du Royaume-Uni : le groupe français basé à Bordeaux a annoncé qu’il retirera du marché anglais ses marques de casinos et paris sportifs le 31 octobre.

De ce fait, les marques Betclic (casino et paris), Everest et Expekt cesseront toutes activités à cette date. Les causes : d’une part, il existe actuellement trop de concurrence dans le secteur des jeux d’argent en ligne au Royaume-Uni.

D’autre part, l’Autorité des jeux d’argent en ligne anglaise (la Gambling Commission) devient beaucoup trop “sévère” envers les opérateurs de jeux pour différentes raisons.

Il est à noter qu’en 2019, plus de 10 opérateurs, et pas des moindres, ont quitté le marché anglais.

Suède, l’éditeur Netent en légère baisse : le renommé fournisseur de machines à sous, Netent, a annoncé à ses investisseurs une légère baisse de son chiffre d’affaires (-1.3%) pour le mois de septembre par rapport au même mois en 2018.

En cause, une baisse de la fréquentation des joueurs sur les marchés réglementés en Norvège, au Royaume-Uni, mais surtout en Suède.

Il est à noter que si Netent n’avait pas acquis dernièrement la société Red Tiger, dont les jeux sont très plébiscités par les joueurs au Royaume-Uni, la baisse du chiffre d’affaires du mois de septembre 2019 aurait été de 7.9% au lieu de 1.3%.

Russie, le moteur de recherches Yandex en ligne de mire : le service Fédéral Anti-monopole (FAS) de Russie accuse Yandex, le moteur de recherches russe, de publicités pour des sociétés de jeux d’argent en ligne.

Le FAS, de ce fait, escompte percevoir de la société Yandex une amende 7 millions d’euros.

Pour la petite histoire, de 1998 à 2005, Google était truffé d’annonces publicitaires pour les sites de jeux d’argent en ligne.

Lettonie, projet du gouvernement d’augmenter les taxes sur les jeux d’argent : le gouvernement letton, pour son budget 2020, prévoit d’augmenter les taxes sur les machines à sous et les jeux de table.

Les taxes sur les machines à sous (dans les casinos en dur) passeront de 4164 € à 5172 € (par machine et par an). A noter que 8643 machines à sous sont implantées en Lettonie. Chaque slot génère un chiffre d’affaires d’une moyenne de 12896 € par an.

Quant aux jeux de table, les roulettes par exemple, elles seront taxées annuellement à hauteur de 28080 € par unité. Il en existe 61 sur le territoire letton.

Le projet du budget 2020, s’il est adopté par le parlement, prévoit également que 90% des taxes soient alloués au budget national du pays, les 10% restants étant alloués à la région.

Si adoption, la loi entrera en vigueur le 1er janvier 2020.

Italie, les banques seront à l’amende : le gouvernement italien, dans son plan budgétaire 2020, a proposé des nouvelles mesures pour les jeux d’argent en ligne afin d’éradiquer les sites de jeux illégaux.

Les sites qui ne disposent pas de licence attribuée par l’organisme de réglementation italien, l’Agenzia delle Dogane et de Monopoli (ADM), et donc qui acceptent les transactions par carte bancaire grâce aux banques, ces dernières subiront des amendes à hauteur de 1.3 million d’euros… par infraction.

Dans le nouveau plan budgétaire italien de 2020 remis à Bruxelles dernièrement, il est stipulé également une hausse d’impôts pour les jeux d’argent en ligne et en dur.

Le gouvernement escompte taxer les opérateurs (loteries comprises) de 650 millions d’euros supplémentaires.

Royaume-Uni, retrait des jeux de grattage à 10 € : l’opérateur britannique des loteries, la “Camelot UK Lotteries“, société équivalente à la FDJ en France, a décidé de retirer du marché anglais tous les jeux de grattage de 10 €.

S’appuyant sur une étude menée par Camelot, l’opérateur de loteries a reconnu que les jeux de grattage à 10 € présentaient des risques d’addiction pour les joueurs problématiques. Ils sont environ 1%.

Les jeux de grattage au Royaume-Uni ne peuvent plus dépasser le prix de 5 € désormais.

France, acheter des actions de la FDJ ? Comme vous le savez certainement, la FDJ sera privatisée en novembre. Cette “mise en bourse” de la FDJ a été approuvée par l’AMF, Autorité des Marchés Financiers Française.

La grande question est : faut-il acheter des actions de la FDJ dès son entrée en bourse ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’une campagne publicitaire de la FDJ arrive à grands pas sur nos écrans et dans la presse afin d’appâter les investisseurs.

Ensuite, comme toutes les entrées en bourse, il est fort probable que lors des premiers jours, voire semaines, la volatilité du cours de la FDJ sera bien présente.

Selon certains sites spécialisés en bourse, il est préférable avant d’acheter des actions de la FDJ, de patienter quelques mois afin que le cours de l’action se stabilise minimisant ainsi la volatilité et par conséquent, le risque.

Quant au prix de l’action FDJ, à ce jour (19/10/2019), celui-ci est bien gardé par l’Etat. Néanmoins, la PDG de la FDJ a laissé entendre que celui-ci ne dépassera pas les 100 €.

Certains sites de bourse estiment que le prix de l’action FDJ sera fixé entre 15 et 40 €. Affaire à suivre donc !

USA, État du New Jersey, des milliards pariés sur les sites en ligne : depuis le début de l’année 2019 jusqu’à septembre, les joueurs américains de l’État du New Jersey ont parié plus de 2.8 milliards d’euros.

Selon les derniers chiffres publiés par la Division of Gaming Enforcement, la grande majorité des paris a été dépensée sur les sites de jeux d’argent en ligne, soit plus de 82%. Impressionnant !

Les Pays-Bas infligent des amendes corsées : l’organisme de réglementation des jeux d’argent en ligne néerlandais (la Kansspelautoriteit (KSA)) a infligé des amendes au Casino LeoVegas et à sa marque Royal Panda.

Motif : avoir proposé des jeux de hasard en ligne aux Pays-Bas sans licence de jeu.

Le Casino en ligne LeoVegas et l’opérateur de paris sportifs Royal Panda ont été condamnés chacun à une amende de 400 000 € et la société mère du Casino LeoVegas devra s’acquitter en plus de 350 000 €.

Feront-ils appel de cette décision ? Affaire à suivre…

Malte alerte les opérateurs de jeux du Royaume-Uni : suite au Brexit prévu pour le 31 octobre, la MGA (Autorité Maltaise des Jeux d’argent en Ligne) met en garde les opérateurs agréés au Royaume-Uni.

En effet, la MGA demande aux opérateurs qui disposent d’une agrégation de jeux maltaise et qui exercent au Royaume-Uni, de délocaliser leur siège social dans un pays de l’Union Européenne exclusivement car les licences de jeux maltaises ne sont accordées qu’en cas d’implantation des opérateurs en Europe.

France, la FDJ en hausse : avant son entrée en bourse prévue pour le 7 novembre, il s’avère que la FDJ affiche un chiffre d’affaires en hausse pour les 3 premiers trimestres 2019.

+8% de hausse par rapport aux 3 premiers trimestres 2018. 12.54 milliards d’euros ont été misés lors des 3 premiers trimestres 2019. A noter que la FDJ est la deuxième loterie européenne et la quatrième mondiale.

Finlande, enquête de l’Université de Stockholm : suite à une étude réalisée sur 4300 joueurs par l’Université de Stockholm portant sur l’auto-limite des dépenses aux jeux d’argent, il en résulte que ce paramètre se révèle inefficace sur le comportement des joueurs.

En effet, les joueurs modifient fréquemment sur leur compte leur limite de dépenses aux jeux.

De ce fait, le site de jeux de casino en ligne Paf a anticipé ce paramètre. Dès le 1er janvier 2020, il sera impossible pour les joueurs finlandais de dépenser plus de 2000 € par mois.

Pour le site de jeux de casino Paf, agréé en Finlande, cette limite représente une baisse de chiffre d’affaires de 2 millions d’euros par an, soit moins 0.08%.

Le Président de Paf, Christer Fahlstedt, a déclaré qu’il espère que les autres sites de jeux agréés en Finlande suivront son exemple.

France, ordonnance de régulation des jeux : suite à la prochaine privatisation de la FDJ, l’ordonnance de la régulation des jeux sera adoptée aujourd’hui.

Ce texte définit la gouvernance de la nouvelle Autorité Nationale des Jeux.

La nouvelle Autorité (ANJ) sera en charge de réguler les jeux d’argent et sera composée de 3 commissions distinctes.

La première sera destinée à la prévention du jeu excessif et la 2ème au contrôle de la fraude et du blanchiment d’argent.

Quant à la 3ème commission, elle sera chargée des sanctions, de la médiation et de la lutte contre les offres illégales.

Irlande du Nord, enquête sur l’addiction : la DFC (Département des Communautés) envisage une consultation publique dans tout le pays afin de comprendre les raisons d’un fort taux d’addiction aux jeux des irlandais.

En effet, d’après la dernière enquête menée par la DFC il y a 2 ans, il en ressort que le taux des joueurs problématiques en Irlande du Nord est 4 fois plus important qu’en Angleterre, 3 fois plus qu’en Ecosse et 2 fois plus qu’au Pays de Galles.

Pays-Bas, l’Autorité sanctionne PokerStars : s’appuyant sur des preuves qui datent du second semestre 2018, l’Autorité des jeux d’argent en ligne néerlandaise (la Kansspelautoriteit) inflige une amende de 400 000 euros à PokerStars.

La Kansspelautoriteit estime que le site PokerStars.eu était accessible aux joueurs hollandais alors que celui-ci ne disposait pas de licence.

France, Thomas Fabius condamné : accusé d’avoir rédigé un faux ordre de virement de 200 000 € dont le bénéficiaire était le Casino Mamounia situé à Marrakech, Thomas Fabius a été reconnu coupable de “faux et usage de faux”.

Il a été condamné à 75 000 € d’amende à ce sujet. Connu pour son addiction aux jeux, Thomas Fabius, fils de l’ancien Premier Ministre, est aussi recherché par les autorités américaines pour avoir effectué 3.2 millions d’euros de chèques en bois dans des casinos situés à Las Vegas.

Malte, le Conseil de l’Europe trace la MGA : le Conseil de l’Europe (COE) met en garde Malte afin de renforcer ses contrôles auprès des sites agréés par la MGA, Autorité des jeux en ligne maltaise.

Le comité européen d’experts, connu sous le nom de Moneyval, estime que les sanctions pour non-respect des exigences en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux ne sont pas considérées comme efficaces, proportionnées et dissuasives.

En décembre 2020, la MGA devra fournir au Conseil de l’Europe l’ensemble des efforts entrepris pour cadrer avec les recommandations de Moneyval.

Europe, l’EGBA prône un cadre législatif commun pour les jeux d’argent en ligne : l’EGBA, association lobbyiste détenue par de grands opérateurs européens de jeux, a demandé à la Commission Européenne d’adopter un cadre réglementaire normalisé pour les jeux d’argent en ligne.

L’association a prouvé dans sa dernière enquête, présentée au Comité du Parlement Européen, qu’il existe trop de politiques nationales divergentes et contradictoires des États membres en matière de jeux d’argent en ligne.

L’EGBA estime qu’il existe des grandes lacunes dans les législations des États membres qui engendrent de la fraude, des blocages de paiements, des doubles emplois administratifs et des différences selon les pays en matière de protection des joueurs.

A noter que la Commission Européenne avait déjà en 2014 pointé du doigt ces problèmes en envoyant une missive (non contraignante) aux États membres.

L’EGBA réitère avec vivacité le 04/09 sa demande d’un cadre législatif commun et cohérent pour la protection des consommateurs.

Italie, la Mairie de Venise dans tout ses états : après l’invasion des paquebots de croisières, qualifiés de gros pollueurs, la Mairie de Venise s’attaque au fléau du jeu.

Elle a exhorté à tous les patrons de cafés, de bars-tabacs et de restaurants, notamment les pizzerias de retirer sous peine d’amende, toutes les machines à sous que ces commerçants ont implanté.

Suède, Netent absorbe l’éditeur de machines à sous Red Tiger : c’est la première fois de son histoire que Netent, leader international en machines à sous en ligne, absorbe une autre société de jeux.

Pour la somme de près de 246 millions d’euros, Netent, société suédoise cotée à la bourse de Stockholm, se paie le luxe d’acquérir la société Red Tiger à 100% ainsi que ses 170 salariés.

Il est à noter que la société Red Tiger a été fondée en 2014 par l’équipe de Cayetano Gaming.

Royaume-Uni, la Gambling Commission approuve GamStop : la commission des jeux d’argent en ligne britannique a approuvé le système d’auto-exclusion proposé par GamStop.

Après des longs essais méticuleux pour protéger les joueurs dépendants aux jeux, la Gambling Commission juge désormais ce système fiable à 100%.

De ce fait, tous les opérateurs de jeux d’argent en ligne agréés au Royaume-Uni devront afficher obligatoirement sur leur site de jeux un lien très visible vers GamStop.

Belgique, Betsoft signe un partenariat avec le Casino Golden Palace : bonne nouvelle pour Betsoft qui vient de signer un partenariat avec le plus grand casino en dur de Belgique, le Golden Palace.

Les jeux de Betsoft, notamment sa ribambelle de machines à sous, seront disponibles sous peu sur le site goldenpalace.be.

Ukraine, les jeux d’argent en ligne et en dur pour doper l’économie : le Président Ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré ce jour au parlement qu’une législation sur les jeux de hasard en ligne et en dur doit être opérationnelle avant la fin de l’année 2019.

Par ce biais, il escompte récupérer près d’un 1.5 milliard d’euros pour l’économie de son pays.

Suite à cette déclaration, de fait, il met fin à la prohibition des jeux d’argent en ligne et en dur votée en 2009.

Suisse, la liste noire des sites illégaux est publiée : c’est fait, comme l’avait promis la Commission des Jeux Suisse (Commission Fédérale des Maisons de Jeu – la CFMJ), la liste noire des sites qui ne possèdent pas de licence pour opérer en Suisse a été publiée aujourd’hui.

Et grande surprise, le mastodonte des paris sportifs en France, à savoir Betclic, basé à Bordeaux figure sur cette liste noire suisse. Incroyable mais vrai…

On y trouve aussi 57 autres sites de jeux dont les fameux Unibet, Bet365 et également Pinnacle, le site de paris sportifs renommé au Royaume-Uni.

Danemark, les casinos en ligne ont le vent en poupe : selon les autorités danoises, le chiffre d’affaires des casinos en ligne agréés est en passe de détrôner celui des sites de paris sportifs.

2 facteurs : l’expansion des mobiles et la disparition au fur et à mesure des sites non agréés, donc offshores. Les joueurs danois préfèrent jouer sur des sites fiables dotés de licences en bonne et due forme.

Selon nous, c’est une stratégie efficace que devrait adopter la France au lieu d’interdire.

Il est à noter que depuis que les casinos en ligne sous licence existent au Danemark, ce fait n’a pas empêché la croissance des casinos en dur puisqu’elle excelle de 6.5% sur 1 an.

Lituanie, le secteur des jeux d’argent en ligne se profile dans le bon sens : depuis la législation des jeux d’argent en ligne mise en place en 2017, il s’avère que le marché lituanien est en forte progression.

Avec 6 opérateurs de casinos en ligne agréés par les autorités, les joueurs lituaniens ont dépensé un total de 272 millions d’euros pour le 1er semestre 2019 contre 256 millions en 2018.

Mais la Commission des jeux de hasard Belge peut faire traîner les choses

Royaume-Uni, fuite des opérateurs de jeux d’argent : autant la législation des jeux d’argent en ligne au Royaume-Uni était souple tout en étant efficace depuis 2005, on assiste en 2019 à un départ massif des opérateurs, un “casinoxit” en fait !

Suite à plusieurs modifications de la législation en 2018 et 2019 ainsi que des amendes énormes infligées en mode “cascade”, des opérateurs de casinos en ligne renommés se délestent de leurs licences britanniques pour se consacrer à des implantations dans d’autres pays.

Ainsi, après les départs “surprises” des casinos en ligne Vera $ John, InterCasino, c’est au tour du Group Cherry qui a décidé de quitter le marché anglais le 03 septembre.

Les marques de casinos ComeOn, MobileBet et GetLucky ne seront plus disponibles à cette date.

Belgique, annulation des licences de jeux en ligne pour le Casino de Bruxelles : le Casino Viage, propriété de la société autrichienne Casinos Austria International Belgium, a perdu ses licences de jeux de casino et de paris sportifs en ligne.

Ces annulations de licences sont à l’initiative du Conseil d’État Belge qui a statué dernièrement suite à plusieurs plaintes de la société belge Rocoluc, un petit opérateur de salles de jeux.

Motif : le cumul d’accès des noms de domaine. En clair, les jeux de casino en ligne et de paris sportifs du Casino de Bruxelles se trouvent sur le même nom de domaine, à savoir Betway.be

Pour récupérer ses 2 licences annulées, il ne reste plus qu’au site Betway.be, partenaire internet du Casino de Bruxelles, de scinder ses 2 activités sur 2 noms de domaine différents.

Mais la Commission des jeux de hasard Belge peut faire traîner les choses

USA, enquête sur les jeux d’argent en ligne : selon une enquête d’une société américaine spécialisée dans les études de marchés, Grand View Research Inc, le montant du marché des jeux d’argent en ligne devrait grimper de 11.5% de 2019 à 2025.

Le marché mondial de ce secteur devrait atteindre presque 97 milliards d’euros en 2025.

Cette croissance prévue serait due en majeure partie grâce à l’expansion des smartphones mais aussi aux casinos en ligne qui bénéficieront de plus en plus de licences accordées par les États.

Allemagne, la Commission Européenne demande des explications : suite au nouveau traité de l’État Allemand sur les jeux d’argent et de hasard en ligne, la Commission Européenne a envoyé une “lettre bleue” au gouvernement.

Une “lettre bleue” est une mise en demeure dont le contenu est une demande d’éclaircissements sur des points précis concernant la législation à venir.

Dans le cadre d’absence de réponses précises de la part de l’État membre, une lettre de procédure d’infraction aux règles européennes est envoyée.

Kenya, le Président dans tout ses états : le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a demandé à son gouvernement de modifier les lois en vigueur sur les jeux d’argent.

Son but, interdire tous les jeux d’argent sur le territoire kenyan et recouvrir la somme de plus de 560 millions d’euros que les opérateurs licenciés doivent actuellement à l’Etat. Les demandes de licences ne seront pas renouvelées.

Suisse, 2 casinos en ligne légaux sont en vigueur : les joueurs suisses ont désormais à leur disposition 2 casinos en ligne actifs qui disposent d’une licence légale reliée à des casinos en dur de renom, tout comme la Belgique.

Le 1er casino en ligne qui s’est lancé légalement est le site Jackpots.ch. Celui-ci dépend du Casino Grand Baden. Le 2ème site qui a ouvert ses portes aux joueurs en ligne est le site MyCasino.ch qui est relié au Grand Casino Luzern.

Enfin les joueurs suisses sont désormais protégés grâce à une régulation du secteur ! Et c’est pour quand en France ?…

Allemagne et Paypal : sous la pression du gouvernement allemand, Paypal doit modifier ses conditions d’utilisation destinées à tous les joueurs.

En effet, Paypal doit interdire à partir du 21 octobre aux joueurs allemands toutes transactions de paris en ligne (casino, paris, loterie, poker etc.) sauf dans l’Etat du Schleswig-Holstein où il existe une législation des jeux d’argent en ligne.

Cambodge et Philippines, terminés les jeux d’argent en ligne : sous la pression de la Chine qui estime que les joueurs chinois jouent illégalement sur les sites offshores qui ciblent le Cambodge et les Philippines, ces 2 pays ont décidé de ne plus renouveler les licences aux opérateurs.

Pour les Philippines, la Paggor, autorité qui attribue les licences aux opérateurs offshores, a décidé de suspendre définitivement toutes les licences dès la fin de 2019.

58 opérateurs ne pourront plus cibler les Philippines et 130.000 personnes seront privés d’emploi.

Quant au Cambodge, le gouvernement compte ne pas renouveler les licences déjà attribuées (plus de 150) et sa décision est irrévocable.

Pays-Bas, Unibet va faire appel : l’autorité des jeux d’argent en ligne des Pays-Bas a infligé une amende de 470.000 euros à la société Kindred Group, propriétaire entre autres du site renommé Unibet.

L’autorité néerlandaise des jeux en ligne, la Kansspelautoriteit (KSA), assure détenir les preuves qu’Unibet a proposé aux joueurs hollandais des paris sportifs et jeux de casino entre le 11 août et le 27 décembre 2018.

La réponse de Kindred Group ne s’est pas faite attendre car la société compte faire appel de cette décision aujourd’hui.

De plus, elle maintient sa candidature pour obtenir une licence de paris sportifs et de jeux de casino pour l’ouverture des jeux d’argent en ligne qui aura lieu entre 2020 et 2021.

Norvège, un pays qui réfléchit sur ses lois concernant les jeux d’argent : la Norvège, pays qui ne fait pas partie de l’Europe, réfléchit à modifier sa législation suite à 2 études rapportées à l’Etat concernant les jeux d’argent en ligne.

Un rapport affirme que, si des licences sont accordées à des opérateurs étrangers (comme le système de la plupart des pays européens), le chiffre d’affaires des opérateurs Norsk Tipping et Norsk Rikstoto qui détiennent le monopole des jeux en Norvège, baisserait considérablement.

Un autre rapport affirme l’inverse, à savoir que si des licences sont attribuées à des opérateurs de jeux d’argent basés à l’étranger (exemple Bwin et autres), les monopoles norvégiens actuels ne baisseront pas en chiffre d’affaires, bien au contraire.

A noter que l’un des monopoles, à savoir Norsk Tipping, propose déjà des jeux de casino en ligne. En attendant l’issue de cette concertation politique, 201 millions d’euros par an sont misés par les joueurs norvégiens sur les sites offshores.

France, un joueur high roller de paris hippiques aurait été sollicité en direct par le PMU : un turfiste parisien dont les paris journaliers s’élèvent à 100.000 euros par jour est “l’objet” d’une discorde entre le patron d’un bar et le PMU.

En effet, selon le patron du bar situé dans le VIème arrondissement, ce joueur parisien lui aurait été subtilisé par le PMU afin de le diriger vers son site en ligne de paris hippiques.

Résultat, le patron du bar ne perçoit plus de pourcentage sur les paris énormes de ce joueur.

Bref, le patron du bar a porté l’affaire en justice. En effet, ce joueur “blindé” fait partie des 10 plus importants parieurs français dans le domaine du hippisme. Ces joueurs peuvent parier jusqu’à 40 millions d’euros par an

Pays-Bas, amende pour le site Bwin : l’organisme de réglementation néerlandais Kansspelautoriteit (KSA) avait déjà prévenu début 2019 tous les opérateurs de jeux qu’avant la mise en place de sites agréés sous forme de licence en janvier 2021, ils devaient d’abord quitter le marché immédiatement.

Mais à ce jour, bien des opérateurs de paris sportifs et de jeux de casino continuent actuellement de cibler les Pays-Bas, et pas des moindres comme la société Electraworks (GVC Holdings), propriétaire de Bwin.

L’autorité Kansspelautoriteit a donc décidé d’infliger à Bwin une amende de 350.000 euros.

De surcroît, dès l’ouverture du marché en janvier 2021, l’autorité des jeux d’argent en ligne des Pays-Bas, la Kansspelautoriteit, reportera de 2 ans l’attribution d’une licence à Bwin.

Royaume-Uni, sanction sévère envers l’opérateur Ladbrokes : le bookmaker agréé Ladbrokes, bien connu des parieurs anglais, se voit infliger par la Gambling Commission d’une amende record de 6.4 millions d’euros.

Motifs : acceptation de dépôts de certains joueurs dépendants et non respect du paramètre “blanchiment d’argent”. En clair, un joueur accroc a perdu  plus de 100.000 euros en 2 ans.

Un autre joueur a pu déposer 1.800.000 million euros en presque 3 ans sans que Ladbrokes lui demande la provenance de cet argent.

Et pour finir, un autre joueur dépendant a pu dépenser plus de 170.000 euros en seulement 4 mois sans le moindre questionnement de Ladbrokes.

Portugal, le secteur des casinos en ligne se porte à merveille : au second semestre 2019, l’autorité nationale portugaise régulatrice des jeux d’argent en ligne, la SRIJ, a révélé que les mises sur les casinos en ligne agréés ont dépassé celles des paris sportifs.

Les enjeux sur les machines à sous représentent 67,03% des mises totales sur les sites de jeux d’argent agréés. Quant à la roulette française, les mises représentent 13,49%. Vient ensuite le black jack et autres jeux de table.

A noter que le poker continue de subir des difficultés depuis 4 trimestres malgré le partage des liquidités avec l’Espagne et la France : il ne représente que 11,34% des enjeux.

Inde, un homme addict met sa femme en jeu : à son domicile, lors de plusieurs parties de poker entre amis, un homme qui n’a pas cessé de perdre a eu l’idée horrible de mettre sa femme en jeu s’il perdait son dernier coup.

Résultat, un viol collectif a eu lieu à cause de sa dépendance au poker. Il est activement recherché par la police ainsi que les violeurs, la femme ayant eu le courage de porter plainte dans ce pays où la plupart des femmes sont soumises à leur mari.

Nouvelle-Zélande, la fête sera bientôt terminée pour les joueurs néo-zélandais : ce pays de presque 5 millions d’habitants est le plus large en matière de jeux d’argent en ligne.

En effet, les sites étrangers de paris sportifs, poker et casinos en ligne peuvent y opérer, donc sont légaux.

Néanmoins, Tracey Martin, la Ministre gouvernementale responsable des jeux d’argent, compte mettre en place un système de licences attribuées aux opérateurs, tout comme dans les pays européens, afin de percevoir des taxes. Une loi devrait être adoptée courant 2020.

Russie, Poutine part à la chasse des sites illégaux : un projet de loi a été adopté et sera en vigueur dès le 6 août.

Celui-ci donne le droit aux Services Fédéraux des Impôts Russes de s’inscrire sur des sites de jeux d’argent et de placer tous les jours des paris.

Dans le cadre d’acceptation d’inscription et de paris, les fournisseurs d’accès devront bloquer les sites. Ceux-ci seront listés et les banques russes seront dans l’obligation de bloquer les dépôts et les gains des joueurs.

A ce jour, 40 sociétés de paris sportifs, de poker et de casinos en ligne sont déjà dans le collimateur.

France, moyens de paiement utilisés par les joueurs sur les sites agréés : les joueurs qui parient sur les sites de poker, de paris hippiques et sportifs utilisent la carte bancaire principalement pour parier.

Pour alimenter un compte, la carte bancaire représente 79%. Les cartes prépayées arrivent en 2ème position avec 11%. Les portefeuilles électroniques représentent 9% et les virements bancaires, seulement 1%.

Vietnam, arrêt d’un réseau chinois de jeux d’argent : Samedi dernier, un très vaste réseau de jeux d’argent tenu par des ressortissants chinois a été la cible de la police vietnamienne (500 unités) à Hai Phong.

Résultats : 380 personnes arrêtées, confiscation de 530 ordinateurs, 2000 smartphones et des cartes bancaires ainsi que des espèces ont été le butin de cette opération surprise de la police vietnamienne.

Cette dernière estime qu’elle a éradiqué du pays le plus grand “syndicat” chinois de jeux d’argent illégaux. Le montant annuel des transactions se montait à près de 390 millions d’euros.

Microgaming record de jackpots : Microgaming annonce un record de jackpots distribués aux joueurs gagnants lors du 1er semestre 2019. Près de 90 millions d’euros (89 879 343 € exactement) ont été gagnés.

Quelques chiffres significatifs : 1 150 559 jackpots sont tombés dans les casinos en ligne Microgaming lors du 1er semestre 2019. 8 joueurs ont décroché à eux seuls plus de 43 millions d’euros et 380 autres joueurs ont gagné plus de 10 000 euros chacun.

Les autres jackpots gagnés par des milliers de joueurs oscillent entre 1500 et 9999 euros.

France croissance FDJ en hausse : excellent semestre pour la FDJ et elle confirme en 2019 qu’elle ne connait pas la crise. Là où le PMU continue de chuter (-2.8%), la FDJ voit ses ventes de jeux de grattage augmenter de 8%.

Autres augmentations de chiffre d’affaires dans les paris sportifs (+15%) et pour les jeux à tirage (Loto, Euro Millions, Bingo etc.), c’est une augmentation de 2%.

Bref, une très bonne nouvelle avant sa privatisation prévue au 4ème trimestre 2019.

France inquiétudes du groupe Barrière : selon les Echos, la FDJ aura le droit après sa privatisation prévue au 4ème trimestre 2019, d’implanter des terminaux de jeux de grattage et d’autres jeux proches des machines à sous chez les détaillants (bars-tabacs, cafetiers, etc.).

Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière, s’inquiète vivement de cette nouvelle concurrence à venir. D’après le gouvernement, ces nouveaux terminaux de jeux auront un faible taux de redistribution aux joueurs, donc n’engendreraient pas d’addiction…

Macao sites de jeux d’argent en ligne illégaux : selon le directeur de la police judiciaire, Sit Chong Meng, les autorités de Macao surveillent de très près les sites de jeux de jeux d’argent en ligne.

Beaucoup d’opérateurs illégaux, qui tentent de percer le marché des jeux d’argent en ligne de Macao, utilisent des noms de domaines comparables aux noms des grands casinos macanais.

En 3 ans, 300 sites ont eu l’obligation de fermer et sont poursuivis en justice.

France Partouche échec cuisant des bus gratuits : Partouche, qui ne possède plus la gérance du Casino de Boulogne-sur-Mer suite à une décision de la Municipalité, a mis en place une armée de bus afin de transporter les joueurs de Boulogne-sur-Mer vers ses Casinos de Calais et du Touquet.

Or, cette stratégie des autobus gratuits n’a pas porté ses fruits puisque ceux-ci tournent à vide : pas un joueur est prêt à prendre un bus pour jouer ailleurs.

A noter que la Municipalité a fait confiance au Casino Belge Golden Palace pour la reprise du Casino de Boulogne-sur-Mer.

Afin de défendre ses droits, Partouche a intenté une procédure à l’encontre de la Municipalité et réclame un dédommagement de 13 millions d’euros.

Royaume-Uni GVC Holdings : pour les mêmes raisons que le bookmaker William Hill, c’est la société GVC Holdings (bookmakers Ladbrokes et Coral) qui compte fermer 900 boutiques de paris, les fameux Betting Shops.

5000 salariés sont menacés de perdre leur emploi.

Royaume-Uni William Hill : c’est une catastrophe pour le bookmaker William Hill qui est annoncée ce matin.

Suite à la nouvelle loi entrée en vigueur qui limite désormais les mises des parieurs à 2.20 euros maximum dans les boutiques de paris (avant la loi, c’était 111.50 euros maximum), William Hill est sur le point de fermer 700 boutiques de paris dès la fin de l’année. 4500 emplois sont menacés.

Portugal 888 Poker : le site 888 Poker est désormais agréé au Portugal par l’autorité SRIJ, équivalente de l’Arjel en France. On se demande bien comment 888 Poker fera face au mastodonte international du poker en ligne, PokerStars.

Nous vous rappelons que 888 Poker a échoué en France face à PokerStars et Winamax

Malte accentue ses contrôles : la Malta Gaming Authority (MGA) a communiqué sur ses contrôles effectués chez les opérateurs de jeux en ligne sous licence maltaise. Suite à ceux-ci, 139 amendes ont été infligées pour diverses raisons réglementaires.

A noter que la MGA, contrairement aux années précédentes, est devenue omniprésente en 2019 et travaille désormais en parfaite osmose avec la police maltaise, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Objectif de la MGA : évincer les opérateurs qui pratiquent de la fraude fiscale et la lutte contre le blanchiment d’argent.

Inde le poker en effervescence : selon Naveen Goyal, PDG du site de poker Adda52, le marché du poker en Inde devrait connaitre une croissance multipliée par 3 les quatre prochaines années grâce aux mobiles.

Le marché du poker en ligne devrait atteindre 2 milliards de $ en 2023. A noter qu’en 2015, le chiffre d’affaires du poker en ligne n’était que de 20 millions de $ par an alors qu’à ce jour, il est de 600 millions de $.

PS : les paris sportifs sont toujours interdits en Inde, mais une légalisation est fortement probable en 2021.

Nouvelle-Zélande addiction : la Ministre de la Santé, Jenny Salesa, va débloquer 38 millions d’euros afin de s’attaquer à l’addiction aux jeux. Elle estime à 5% la population touchée par la dépendance.

Ce financement sera prélevé sur les opérateurs de jeux (en dur et en ligne), notamment sur les casinos ainsi que la “Lotteries Commission”.

Espagne Casino LeoVegas : c’est fait, le casino en ligne LeoVegas, dont la renommée n’est plus à démontrer sur les marchés régulés, est enfin agréé par l’Autorité Espagnole, la DGOJ. Prochaines étapes, le Chili et le Pérou.

A noter que ce casino en ligne réputé est coté à la bourse de Stockholm. Le marché espagnol affiche une croissance de 20% par an dans les jeux de casino en ligne.

Casino LeoVegas compte bien bousculer la concurrence avec ses milliers de machines à sous de qualité.

Des banques rentrent dans le capital de France Pari : dans le cadre de son développement, le bookmaker agréé France Pari a contracté des accords avec la BNP Paribas, la division ARKEA du Crédit Mutuel et BPI France (banque d’investissements).

BNP Paribas devient actionnaire minoritaire de France Pari. Beau parcours pour ce bookmaker inconnu des parieurs français avant la loi de Mai 2010 sur les jeux d’argent en ligne.

Aspire Global se paie la société Pariplay : la nouvelle est tombée dernièrement, la société GMS Entertainment Limited (Pariplay) sera acquise par Aspire Global pour 13 millions d’euros au 3ème trimestre 2019.

A noter que la compagnie Aspire Global (150 salariés) est cotée au Nasdaq à la bourse de Stockholm.

Ce que l’on peut constater ces dernières années, c’est que plus les marchés des jeux en ligne sont régulés par les États, plus les fusions et acquisitions s’enchaînent.

FDJ acquisition société : la FDJ a finalisé l’acquisition de la société Sporting Group, spécialisée et à la pointe de la technologie en matière de paris sportifs en direct B2B.

C’est la filiale de la Française des Jeux (FDJ Gaming Solutions) qui s’est chargée de cette acquisition stratégique pour un montant inconnu à ce jour.

Malaisie répression dantesque : ce ne sont pas moins de 14759 personnes qui ont été arrêtées par la police malaisienne, poursuivant son but de supprimer tous les établissements de jeux illégaux du pays.

Plus de 8500 établissements de jeux malaisiens ont fait l’objet d’une descente massive de la police de janvier à juin 2019.

Les autorités malaisiennes sont également sur le point de bloquer 1270 sites de jeux d’argent qui ciblent la Malaisie.

Laos taxes casinos : si la nouvelle loi est promulguée, les casinos implantés au Laos seront taxés à 50% au lieu des 35% actuellement. Ce sont les souhaits du Vice-Premier Ministre, M. Lao et du Ministre des Finances, M. Somdy Douangdy.

Cette taxe s’appliquerait aussi aux paris sur les combats de coqs, courses de voitures et de chevaux également.

USA casinos : grâce à la légalisation des paris sportifs et des casinos en ligne dans certains États Américains, le chiffre d’affaires 2018 des casinos aux USA est en hausse de 3.5% par rapport à 2017. Il s’élève à 41.7 milliards de dollars.

L’année 2019 devrait se révéler supérieure à 2018 en terme de C.A. car d’autres États Américains se dirigent sur la voie de la légalisation des jeux d’argent en ligne.

France Arjel : c’est une certitude désormais, l’autorité de régulation des jeux d’argent en ligne (Arjel) sera remplacée par l’ANJ, autorité nationale des jeux, soit pendant l’été ou à la rentrée avant la privatisation de la FDJ.

Pays-Bas licence de jeux : 79 opérateurs de jeux ont effectué une demande de licence. C’est l’organisme de réglementation néerlandais (Kansspeautoriteit – KSA) qui l’a annoncé en ce début de semaine.

Le marché des jeux d’argent en ligne aux Pays-Bas devrait être opérationnel par un système de licences avant le 1er janvier 2021. Holland Casino, Bwin, Bet365, Unibet et entre autres, PokerStars font partie des opérateurs demandeurs de licence.

A noter qu’en Hollande, les jeux de casino, notamment les machines à sous en ligne, seront autorisés.

France Propos du Président de l’Autorité de régulation des jeux d’argent en ligne : dans son dernier rapport (2018 / 2019), le Président de l’Arjel évoque les casinos en ligne, à savoir : “l’ouverture des casinos en ligne ne sont pas du ressort de l’Autorité“.

En clair, l’ouverture des jeux de casino en ligne en France dépend bien d’une volonté politique comme nous l’avions annoncé à plusieurs reprises.

Le Président de l’Arjel a même dit son sentiment d’impuissance :l’absence de marge de manoeuvre resteront pour moi le frein le plus marquant de mon mandat, au-delà même de la loi et de ce qu’elle autorise; face, par exemple, aux messages de détresse envoyés par des clients de sites illégaux, victimes de relances alors qu’ils tentaient de résister au « manque » provoqué par l’addiction ou essayant en vain de récupérer des gains qui leur étaient dus, je garderai le souvenir du sentiment d’impuissance”.

Tout est dit dans ces propos… Les joueurs français de casinos en ligne sont les “proies” de beaucoup de sites véreux. On apprend aussi dans ce rapport que le nombre de joueurs français de jeux de casino en ligne est estimé entre 300 000 et 500 000.

Selon le rapport, 135 à 225 millions d’euros sont misés annuellement dans les casinos en ligne en France.

Royaume-Uni Unibet addiction : Unibet, propriété du groupe Kindred, a mis en place sur ses plateformes agréées de jeux de casino, paris sportifs et poker le logiciel d’auto-exclusion renommé au Royaume-Uni, à savoir Gamban.

Ce logiciel, tout comme BetFilter, permettra aux joueurs anglais dépendants aux jeux de s’auto-exclure de tous les sites de jeux d’argent en ligne pendant une période de 6 mois à 5 ans.

C’est la première fois qu’un site de jeux agréé implante dans ses plateformes un logiciel d’auto-exclusion, de surcroît sans aucune loi gouvernementale, c’est à souligner.

De plus, cette auto-exclusion est indolore financièrement pour les joueurs dépendants puisqu’elle gratuite. C’est Unibet qui prend en charge les frais.

Selon nous, il est incontestable que les sites agréés en France, y compris la FDJ et le PMU, doivent suivre ce bel exemple d’Unibet pour endiguer le fléau de l’addiction aux jeux d’argent.

Suisse ouverture des casinos en ligne : comme prévu et suite au référendum qui a eu lieu en Juin 2018 et approuvé par 73% des électeurs suisses, 4 licences de casinos en ligne sont en passe d’être attribuées par l’autorité des jeux en ligne suisse, la Eidgenössische Spielbankenkommission (ESBK).

Les casinos bénéficiaires de ces licences sont le Grand Baden, le Davos, le Grand Luzern et le Zürichsee. Ces casinos en dur implantés en Suisse pourront proposer des tournois de poker, des jeux de loteries mais surtout des machines à sous en ligne et jeux classiques de table comme la roulette.

Le gouvernement suisse espère récupérer près de 250 millions d’euros qui étaient pariés sur des sites étrangers.

Au Kenya, ça ne rigole pas : les 2 opérateurs agréés pour les paris sportifs, les sites SportPesa et Betin, doivent payer une amende de plus de 250 millions d’euros suite à une décision du gouvernement.

Ce dernier estime que les 2 opérateurs n’ont pas payé une taxe de 20% sur les mises des parieurs.

De surcroît, au 1er Juillet, le gouvernement compte suspendre les licences de ces 2 opérateurs. Ceux-ci affirment qu’ils ne peuvent pas payer cette taxe puisque tous les comptes des parieurs sont gelés suite à des contestations émises par les parieurs.

Les 2 opérateurs ont saisi la Haute Cour de Justice et estiment que le gouvernement confond les mises des parieurs et les revenus des opérateurs.

Royaume-Uni boutiques de paris : nos chers amis anglais peuvent compter pour jouer sur 8423 boutiques (betting shops) de paris en tout genres.

A raison de 2 à 3 salariés par boutique, elles génèrent près de 20 000 emplois. Le slogan bien français des années 70/80, “on n’a pas de pétrole mais on a des idées”, n’est-il pas plus approprié pour le Royaume-Uni ?

Belgique publicité casinos en ligne : suite à un Arrêté Royal, les guides de casinos en ligne belges ne pourront plus mettre en avant sur leurs sites les bonus gratuits offerts par les sites de jeux agréés en Belgique. C’est désormais interdit.

Il en est de même pour les guides de paris sportifs. C’est un coup dur pour les guides de jeux en ligne belges qui vont devoir communiquer autrement pour recruter des nouveaux joueurs

Suède amende au Casino Betway : l’Autorité des jeux d’argent en ligne suédoise, la Spelinspektionen, a sanctionné le Casino en ligne agréé Betway d’une amende de 465 000 euros pour abus de restrictions sur ses bonus de bienvenue.

Une autre société nommée Mandalorian qui dispose de 2 casinos en ligne agréés en Suède a écopé aussi d’une amende de 836 000 euros pour les mêmes motifs.

Nous nous réjouissons de ces fortes amendes car les casinos en ligne ont toujours abusé de conditions restrictives au niveau des bonus.

Allemagne jeux d’argent : d’après une récente enquête du Centre Fédéral Allemand pour l’éducation à la santé (BZgA), plus de 325 000 joueurs ont des comportements problématiques liés aux jeux d’argent.

Parmi eux, 180 000 joueurs sont considérés comme réellement dépendants.

Ils sont âgés de moins de 25 ans et la plupart d’entre eux ont un niveau de qualification et un revenu très faibles. Une grande majorité de ces 180 000 joueurs dépendants aux jeux sont turques.

Lettonie jeux d’argent en ligne : l’Autorité des jeux en ligne de Lettonie (IAUI) envisage dans sa nouvelle loi de sanctionner par une amende de 350 euros (par infraction) tous les joueurs qui joueraient sur des sites non agréés, donc sans licence.

Tous les gains issus de sites non agréés seront confisqués et majorés d’une amende fiscale. L’Autorité des jeux d’argent en ligne travaille en corrélation étroite avec les banques lettones pour détecter les gains suspects.

Portugal casino en ligne Isoftbet : un accord a été signé entre Isoftbet et le casino en ligne renommé CasinoSolverde.pt. Isoftbet proposera désormais ses 150 machines à sous en ligne aux joueurs portugais.

Royaume-Uni loterie : 2 amis qui ont gagné un jackpot de plus de 4.5 millions d’euros à la loterie anglaise (National Lottery de Camelot, équivalent de la FDJ) ne seront pas payés.

En effet, la loterie anglaise, après des vérifications poussées, a découvert que la carte bancaire qui a servi aux compères à valider leur ticket de loterie était une carte bancaire volée. Résultat, le jackpot leur passera sous le nez

France plainte FDJ : une buraliste qui avait fait faillite en 2015, avait été aussi traduite en justice par la FDJ à cette époque au Tribunal correctionnel pour détournement de fonds.

Les faits : elle avait crédité sur son compte professionnel l’argent des jeux de la FDJ (4000 euros) alors que son contrat avec la FDJ l’obligeait à le verser sur un compte dédié.

Or, sa banque qui a vu se profiler le dépôt de bilan de la buraliste, a bloqué son compte professionnel pour se rembourser, donc avec les 4000 euros de la FDJ.

Le Tribunal a débouté la FDJ de sa plainte début Mai 2019 et le Parquet a convenu que la buraliste n’avait en aucun cas procédé à un détournement de fonds.

Thaïlande jeux d’argent loteries : les thaïlandais ont dépensé l’année dernière plus de 7 milliards d’euros dans les loteries, soit une augmentation de 47% par rapport à l’année 2009.

L’Office National des statistiques de Thaïlande estime le nombre de joueurs dans le pays à 20 millions.

Les thaïlandais sont des férus de loteries en tous les genres à un point tel que, sur les moteurs de recherches, les mots “conseils loterie” (lottery tips) fait partie des 10 mots clés les plus saisis.

Espagne jeux d’argent en ligne : le diffuseur espagnol Euskal Irrati Telebista (radio et télévision) a décidé de mettre fin aux spots publicitaires relatifs aux jeux d’argent en ligne (sauf les loteries d’Etat) afin de protéger les joueurs les plus vulnérables à l’addiction.

De plus, l’Assemblée de Madrid, capitale politique, a inculqué à TeleMadrid de ne plus diffuser aussi des publicités sur les jeux d’argent en ligne. A noter que le Parti Socialiste en place depuis le 28 Avril 2019 est contre les jeux d’argent.

L’Espagne semble suivre la voie du modèle italien qui interdit désormais toutes publicités des sites d’opérateurs de jeux, sauf sur les moteurs de recherches.

Royaume-Uni Casino en ligne Maria : le groupe Kindred a décidé de retirer du marché britannique le 14 Mai son casino en ligne régulé qui se nomme Maria et dont la cible était les femmes.

Un échec ? Oui, sans aucun doute puisque Kindred va axer les joueurs (es) de Maria Casino vers ses sites Unibet et 32Red, régulés également au Royaume-Uni.

Norvège ultimatum de l’autorité des jeux d’argent en ligne envers Kindred : le régulateur norvégien a ordonné au groupe Kindred (Unibet, Maria casino, 32Red, Bingo.com etc.) de se retirer du marché des jeux d’argent en ligne sous 3 semaines sous peine de très fortes amendes.

Basé à Malte, la direction du groupe Kindred a rétorqué que compte tenu de ses licences maltaises, il peut se permettre de cibler les joueurs norvégiens au niveau du marketing. Affaire à suivre

Playson et Casino LeoVegas : Playson, développeur de machines à sous, sera intégré dans la plateforme du Casino LeoVegas.

Ce nouveau partenariat est une aubaine pour Playson car il pourra désormais cibler les joueurs du Royaume-Uni, d’Espagne, d’Italie, de Malte et de Suède.

New Jersey addiction : un joueur avait intenté un procès au Casino Harrah’s Resort situé à Atlantic City. Son motif : il a perdu 170 000 € et le casino n’a, selon lui, rien fait pour le freiner de son engouement à jouer lors de ses sessions de jeu.

Le Tribunal Américain a estimé le 30 Avril que ce joueur (Massimo Dangelico), connaissant son addiction pour les jeux, aurait dû procéder à son auto-exclusion auprès de l’Autorité des jeux du New Jersey.

Iran émission télévisée : l’Etat Iranien a supprimé l’émission “Barande Bash” (Qui veut gagner des millions ?) car il assimile ce quiz, bien connu en occident par les téléspectateurs, à un jeu de hasard alors que le Coran interdit ce type de jeux.

Vietnam jeux d’argent : malgré l’assouplissement de la loi sur les jeux d’argent en 2018, notamment sur les casinos en dur, la police a arrêté 22 personnes qui avaient mis en place un réseau illégal de paris sportifs en ligne. Le site incriminé est Fun88.com.

Il a permis aux dirigeants de ce site de leur rapporter près 1 milliard d’euros. Mais la fête est finie depuis fin Avril 2019

Suisse casinos en ligne : début Juillet, 4 casinos en ligne ouvriront et seront régulés par la Commission Fédérale des Maisons de Jeux. Ces 4 quatre casinos sont reliés à des casinos en dur déjà implantés en Suisse, comme sur le modèle de la Belgique.

Pour rappel, dès le 1er Juillet 2019, les casinos en ligne qui ne disposent pas de licence seront bloqués sur le Net.

Suède jeux de casino en ligne addiction : au 1er trimestre 2019, 30 000 joueurs suédois ont procédé à leur auto-exclusion sur les sites de jeux de casino en ligne agréés par l’autorité suédoise, la Spelinspektionen.

Pour rappel, la Suède compte un peu plus de 10 millions d’habitants. La France compte elle 67 millions d’habitants.

Si les sites de casinos en France étaient régulés par des licences agréées auprès de l’Arjel, on peut supposer que plus de 180 000 joueurs (30 000 x 6) procéderaient à leur auto-exclusion. Mais non, tout baigne dans notre beau pays…

Suisse jeux d’argent addiction : un curé suisse s’est déclaré en faillite personnelle à cause de son addiction aux jeux. Plus de 2 millions d’euros se sont évaporés dans des casinos en Suisse à cause de sa pathologie.

Europe jeux d’argent législation : le 25 Juin 2019, la Commission Européenne va réexaminer le protocole d’accords mis en place en Juin 2018 portant sur les supports publicitaires que les opérateurs de jeux d’argent en ligne utilisent pour recruter de nouveaux joueurs.

En effet, la CE compte se montrer déterminée à interdire aux opérateurs de diffuser des bannières publicitaires sur les sites internet qui vendent des produits de contrefaçons, de téléchargements illégaux d’oeuvres protégées par les droits d’auteurs, etc.

Russie jeux d’argent loteries : la Russie compte interdire incessamment sous peu toutes les loteries en ligne et jeux à gain immédiat de type jeux de grattage ou instant-gagnants pour exemples. A savoir que les jeux de casino en ligne sont déjà interdits.

A noter aussi que la Russie compte continuer sa chasse aux fournisseurs de services VPN. Bon, rien d’étonnant pour ce pays où la dictature est Reine

Maroc jeux d’argent : quelques chiffres intéressants sur les jeux au Maroc. Le secteur des jeux de hasard et des paris sportifs représentent un chiffre d’affaires de plus de 832 millions d’euros par an. Cette somme est répartie de cette façon : 70% pour les courses de chevaux, 20% pour les paris sportifs et seulement 10% pour les loteries.

Pourquoi les marocains misent si peu dans les loteries ? Car les probabilités de gagner le jackpot sont de l’ordre de 1 chance sur 600 millions… (En France, pour le Loto, c’est 1 chance sur 19.068.840 millions).

Suède jeux d’argent en ligne : l’autorité de régulation des jeux d’argent en ligne suédoise, la Spelinspektionen, équivalent de l’Arjel en France, a communiqué quelques chiffres intéressants qui concernent les 60 opérateurs agréés en 2018.

Pour le 1er trimestre 2019, il s’avère que les 2 anciens monopoles de loteries (la Svenska Spel, équivalent de la FDJ) et de courses de chevaux (ATG, équivalent du PMU), font un carton en chiffre d’affaires. Ils se sont accaparés la moitié des mises des joueurs. Le 3ème site le plus plébiscité par les joueurs suédois est Unibet.

A noter que tous les sites agréés en Suède sont habilités à proposer des jeux de casino en ligne, ce qui explique ce “carton” des anciens monopoles.

France FDJ résultat net de 2018 en baisse : la FDJ vient de publier son résultat net de son activité en 2018. Il s’avère que son bénéfice net a baissé de 6% en 2018 par rapport à l’exercice précédent. En 2018, son bénéfice net s’établit à 170 millions d’euros alors qu’en 2017, il était à 181 millions d’euros.

Le nombre de joueurs est passé de 26 à 25 millions en 2018, soit une baisse sensible. La baisse du bénéfice net est due, selon la PDG, à une moins bonne rentabilité du portefeuille d’actions de la FDJ.

La FDJ a reversé à l’Etat en 2018 plus de 3.5 milliards d’euros. A noter que la FDJ est la 4ème loterie mondiale et la 2ème loterie européenne.

Canada jeux d’argent province de l’Ontario : le gouvernement de l’Ontario, province du Canada peuplée de 15 millions d’habitants, envisage avec l’association CGA dirigée par Paul Burns, de légiférer sur les jeux d’argent en ligne.

En effet, les statistiques démontrent que plus de 331 millions d’euros s’évaporent sur des sites de jeux offshore.

⇒ USA New Jersey casinos en ligne : alors que le poker amorce une baisse de 1.9% au mois de Mars, les casinos en ligne agréés par l’autorité des jeux du New Jersey (qui se nomme la DGE) ont réalisé une performance  inattendue : +57.7% en chiffre d’affaires, soit pour le seul mois de Mars, près de 33 millions d’euros de mises.

⇒ France Arjel jeu-concours maison à 13 € : c’est terminé le jeu-concours de la maison à seulement 13 euros. L’Arjel a mis fin à ce jeu organisé par un couple de propriétaires et ce, pour des raisons illégales. Pourtant, ce jeu-concours avait bien été ficelé avec un notaire, un avocat, un huissier mais aussi un banquier.

19000 personnes qui ont payé 13 euros chacune, soit une récolte de 247 000 euros au total pour les propriétaires, ont joué à ce jeu-concours pendant 10 jours afin de tenter de gagner cette maison estimée à 2 millions d’euros. Le couple va tenter un dernier recours auprès de l’Arjel, mais à notre avis, elle campera sur ses positions.

⇒ Portugal jeux d’argent éditeur Play’n Go : c’est fait ! L’éditeur de machines à sous Play’n Go a reçu l’aval des autorités portugaises des jeux d’argent en ligne afin de proposer son catalogue de slots incontournables. La panoplie des jeux Play’n Go sera intégrée en premier lieu sur le site PokerStars, agréé au Portugal.

A noter que Play’n Go compte bien suivre la cadence infernale de Netent en matière de nouvelles slots pour 2019. En effet, Play’n Go entend bien rivaliser avec Netent avec 40 nouvelles slots pour 2019. Netent s’était limité à 35 ! Parfait, les joueurs profiteront de cette concurrence effrénée entre eux !

⇒ France jeux d’argent FDJ : la loi Pacte a été actée le Jeudi 09 Avril. Parmi les différents textes de la loi Pacte, on y trouve comme prévu la privatisation de la FDJ. L’Etat Français cédera donc 52% de ses parts. L’entrée en bourse de la FDJ est prévue avant l’automne 2019.

Lors de l’introduction en bourse de la FDJ, une partie des actions serait réservée aux salariés de la FDJ.

⇒ Danemark jeux d’argent Quickspin et Playtech : l’éditeur de machines à sous Quickspin, propriété du géant Playtech, pourra proposer ses slots en ligne aux joueurs danois grâce à 2 partenariats signés avec les casinos en ligne agréés au Danemark, à savoir Betsson et Nordicbet.

⇒ Pays-Bas jeux d’argent amendes à 2 casinos en ligne : l’autorité néerlandaise des jeux d’argent en ligne (Kansspelautoriteit – KSA) a infligé le 08/04 une amende de 450 000 euros à la société Onisac Ltd, basée à Gibraltar et propriétaire du site renommé Casino.com. Motif : avoir proposé des jeux de casino sur son territoire sans licence.

C’est la deuxième fois que l’autorité hollandaise sévit envers les sites de casinos en ligne non agréés. Le casino bien connu Casumo, basé à Malte, en a déjà fait les frais : 310 000 euros le 1er Avril… et ce n’était pas un poisson !

Concernant le site Casino.com, non seulement il récolte une amende mais en plus, pour bénéficier d’une licence s’il le désire, il devra attendre 2 ans de plus que les autres sites de jeux pour l’obtenir, soit en 2023.

⇒ Italie jeux d’argent casinos en ligne : le chiffre d’affaires des mises dans les jeux de casino en ligne agréés en Italie s’est monté à 206 millions d’euros au 1er trimestre 2019. Une hausse de 19.8% a été enregistrée au mois de Mars.

Le 1er casino en ligne en Italie en chiffre d’affaires est PokerStars. Lottomatica (équivalent de la FDJ) arrive en 3ème position.

⇒ Portugal jeux d’argent taxes : l’EGBA, organisme et lobbyiste européen des opérateurs régulés de jeux d’argent en ligne, incite avec intensité l’autorité des jeux en ligne portugaise à revoir son système de taxes sur les opérateurs agréés. En effet, 75% des joueurs portugais jouent encore actuellement sur des sites de jeux non agréés par l’autorité de régulation portugaise.

Compte tenu de cet échec cuisant, l’autorité est en cours de réflexions depuis 1 mois sur sa structure de taxes envers les opérateurs agréés qui sont à ce jour, aucunement compétitifs face aux sites de jeux d’argent non licenciés au Portugal.

⇒ Australie jeux d’argent dette de jeu : le casino australien Star Gold Coast situé dans le Queensland a entamé une procédure afin de recouvrir une dette de jeu de plus de 26.5 millions d’euros. Ce montant astronomique a été contracté par un homme d’affaires de Singapour, Wong Yew Choy.

Celui-ci n’a pas honoré son chèque en blanc effectué au casino pour le motif suivant : trop d’erreurs récurrentes de la part des croupiers dudit casino lors de ses sessions de jeu au baccarat.

La direction du casino a confirmé à l’homme d’affaires les erreurs du personnel par écrit et afin de se faire pardonner de l’incompétence de ses croupiers auprès de Wong Yew Choy, a rallongé sa ligne de crédit en tant que joueur VIP. Or, les erreurs se sont encore répétées lors des sessions suivantes…

⇒ Royaume-Uni jeux d’argent casinos en ligne : des nouvelles réglementations entreront en vigueur le 7 Mai dans le secteur des casinos en ligne agréés au Royaume-Uni. Les machines à sous gratuites seront interdites aux mineurs et à cet effet, les opérateurs devront vérifier l’âge des nouveaux joueurs inscrits avant de jouer et non après comme c’est le cas dans de nombreux pays.

⇒ Canada Québec jeux d’argent loterie : un couple de retraités québécois a eu chaud ! En effet, passé le 5 Avril 2019, leur ticket gagnant de loterie devenait caduque. Et c’est par hasard, presque 1 an après sa validation, que le couple a retrouvé son ticket de Loto gagnant représentant la somme de plus de 660.000 euros et acheté pour la Saint-Valentin de 2018.

Urgemment, leur petit-fils devait rendre une leçon sur le sujet du Japon et c’est en cherchant un livre sur le Japon dans sa bibliothèque, que la grand-mère retraitée a retrouvé le fameux ticket de loterie perdu à l’intérieur de ce livre ! C’est quand même bizarre la vie !

⇒ Suède jeux d’argent législation 888 Casino : afin de se conformer avec la nouvelle législation qui concerne les jeux d’argent en ligne, 888 Casino, agréé par les autorités suédoises, a mis fin à son offre de bienvenue de 50 tours gratuits sur une machine à sous Netent.

Désormais, les free spins et les bonus sans dépôt casino sont interdits en Suède.

⇒ France jeux d’argent FDJ : la FDJ a été condamnée une fois de plus par le Tribunal de Grande Instance pour non paiement d’un gain à un joueur. Les faits : un parieur a effectué un pari sur ParionsWeb, le site de paris sportifs de la FDJ. Il a misé sur des rencontres sportives à hauteur de 1414 euros avec une cote de 5/1.

Comme son pari s’est révélé exact, son gain s’est élevé à 5797.40 euros. Or, pour motif d’erreur manifeste, la FDJ a refusé de payer le gain. Elle a simplement remboursé les 1414 euros au parieur. Celui-ci a donc porté l’affaire au Tribunal de Boulogne-Billancourt et la FDJ a été condamnée à payer le gain au joueur.

⇒ Chine jeux d’argent illégaux : la 2ème puissance économique mondiale mène un combat anti-gambling sans merci envers ses citoyens qui s’adonnent à des jeux d’argent illégaux. Dans ce domaine, tous les jeux d’argent sont interdits, qu’ils soient en ligne ou physiques (sauf à Macao).

A cet effet, la Chine a mis en place des milliers de drones afin de repérer les maisons illégales de jeux. Les sanctions sont à l’image de cette dictature : un joueur qui participera à des jeux d’argent écopera de 3 ans de prison ferme et quant à l’opérateur, ce sera 10 ans de prison.

⇒ France jeux d’argent législation : et voilà de quoi rester pantois grâce à un article paru sur La Dépêche.fr le 06/04/2019 ! Selon le groupe Tranchant, propriétaire de 20 casinos sur le territoire français, la FDJ qui sera bientôt privatisée pourrait proposer des machines à sous puisqu’elle en a tout à fait le droit compte tenu de son statut.

Romain Tranchant est très inquiet du flou qui règne au sujet de la privatisation de la FDJ. Selon lui, il a demandé à plusieurs reprises des précisions à ce sujet et il s’avère que le silence est d’or de la part de l’Etat

⇒ France jeux d’argent Casinos Barrière : incroyable ! N. Sarkozy, ancien Président de la République et à l’origine de la loi votée en Mai 2010 sur les jeux d’argent avec son compère E. Woerth, se retrouve désormais au Conseil d’Administration du groupe des Casinos Barrière

On aura tout vu ! Surtout avec les casseroles que N. Sarkozy se trimbale depuis des années. Comme quoi, la légalisation des jeux de casino en ligne est assurément politique.

⇒ Japon jeux d’argent : en 2018, les casinos en dur ont été légalisés au Japon. Le premier casino verra le jour en 2020 / 2021. Cependant, la loi japonaise sera très stricte (sauf pour les touristes) pour les joueurs japonais, réputés gros joueurs.

En effet, afin d’éviter l’addiction aux jeux, le texte de la loi prévoit que l’entrée des japonais dans les casinos sera payante, soit 48 € par joueur. Le texte prévoit également un maximum de 10 entrées maximum par mois et par joueur.

7 commentaires

  1. Salut tout le monde 😉

    Elle m’a bien fait rire l’actu sur les 2 amis qui ont volé la carte bancaire alors qu’ils ont gagné la jackpot 😆 😆 😆

    Des voleurs qui finalement se sont fait avoir parce qu’ils ont gagné à la loterie. Faut vraiment être c…. 😛

    • Info plutôt insolite en effet Zampa 😆

      A noter car ce n’est pas précisé : ces 2 personnes étaient des délinquants confirmés pour braquages et autres méfaits…

      Et dire que s’ils avaient validé leur bulletin de 3 euros en liquide, ils auraient perçu 4.5 millions d’euros…

      On n’a de la peine quand même 😆 😆 😆

  2. Sympa cette page 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 h). Patience donc !